Société d’Histoire et de Généalogie Maria-Chapdelaine : Les journaux locaux depuis 1946 au bout des doigts

Serge Tremblay
Société d’Histoire et de Généalogie Maria-Chapdelaine : Les journaux locaux depuis 1946 au bout des doigts

La Société d’Histoire et de Généalogie Maria-Chapdelaine a entamé un important projet de numérisation de tous les journaux locaux publiés depuis 1946. Une petite mine d’information qui sera accessible en quelques clics.

Des publications depuis longtemps disparues, comme le Dolbeau-Journal, La Voie du Nord ou encore le Trait-d’Union, permettent de remonter 75 ans en arrière, avec à peine quelques années qui ne sont pas couvertes.

« D’abord, c’est un souci de conserver ces archives puisque le papier journal est friable et se détériore. Nous avons accès à ce matériel dans notre magasin d’archives, mais c’est fragile. C’est une collection qui est peu connue, mais qui est une source d’information très intéressante », explique Steeve Cantin, directeur général de la Société d’Histoire et de Généalogie Maria-Chapdelaine.

En fait, la Société d’Histoire dispose des archives du Dolbeau-Journal (1946-48), la Voie du Nord (1946-49), Le Trait-d’Union (1949-50), L’Écho du Nord (1952-53), Rencontres (1958-75), Le Dolbien (1987-1990), Le Point (1975-2015) ainsi que Le Nouvelles Hebdo (1996 à aujourd’hui).

« En dépit du nom est souvent davantage représentatif de Dolbeau, ce sont des journaux qui ont couvert le territoire au nord du lac Saint-Jean. »

Appareil

La Société d’Histoire a amorcé son projet en numérisant les différents numéros du Nouvelles Hebdo et poursuivra en ordre décroissant. Le processus, qui était au départ plutôt lent, a été grandement amélioré avec l’acquisition d’un appareil de numérisation très performant financé à 80% par une aide financière de la MRC.

« Ce système prend une photo de la page et un logiciel en fait la conversion dans un fichier PDF. Il est ensuite possible de faire des recherches par mots-clés et en filtrant certaines publications. »

Ressources humaines

La Société d’Histoire projette de rendre ces archives disponibles sur son site web auprès de ses membres. La tâche à accomplir avant d’en arriver à numériser la totalité des journaux est toutefois importante.

« L’enjeu, c’est la gestion de ressources. C’est un travail qui est tout de même fastidieux et nous avons réussi à le faire avancer lorsque nous avions des projets spéciaux pour lesquels nous avions des ressources humaines. »

Dans un monde idéal, la Société d’Histoire souhaiterait pouvoir compter sur des membres ou des bénévoles prêts à donner un peu de temps pour faire avancer la numérisation des archives. Les intéressés peuvent faire part de leur intérêt en communiquant avec le 418-276-4989.

 

Partager cet article