Saison touristique dans la MRC Maria Chapdelaine : « Pas un grand cru mais un bon cru »

Photo de dhudon
Par dhudon
Saison touristique dans la MRC Maria Chapdelaine : « Pas un grand cru mais un bon cru »
Stéphane Daudelin, conseiller en développement touristique à la MRC Maria-Chapdelaine, reconnaît que la mauvaise température, les fréquentes précipitations et la hausse du prix de l’essence ont pu refroidir les ardeurs des touristes cet été. (Photo : Trium Médias - Archives)

Les trois principaux campings sur le territoire de la MRC Maria-Chapdelaine se sont tirés d’affaire, considérant l’été ordinaire en température et en précipitations. Ce n’est pas une année qui passera à l’histoire.

« L’été qui s’achève n’aura pas été un grand cru, mais un bon cru quand même », lâche Stéphane Daudelin, conseiller en développement touristique à la MRC Maria-Chapdelaine.

Celui-ci explique que les terrains de camping sont des bons indicateurs pour se faire une idée de l’achalandage touristique estival. Il prend soin toutefois de préciser que la démarche n’a rien de scientifique.

« Nous ne disposons pas de données précises pour connaître le nombre de touristes qui nous ont visités. Toutefois, j’ai pu recueillir des informations auprès du Site touristique Chute à l’Ours de Normandin, du Camping municipal de Péribonka et du Camping Vauvert-sur-le-lac-Saint-Jean. Dans l’ensemble, la hausse de la clientèle varie entre 1% et 3 %, par rapport à l’année 2019, avant la pandémie ».

Stéphane Daudelin rappelle que 2020 et 2021 ont été des années exceptionnellement favorables aux déplacements intra-Québec. « Les frontières étaient fermées et les voyages en avion interdits. On ne peut donc pas faire de comparaison d’achalandage avec ces années-là ».

Pendant les deux années de pandémie, le taux de fréquentation avait bondi de 4 % à 5 % par rapport à 2019.

Mauvais temps et prix de l’essence

Le conseiller en tourisme mentionne que les réservations s’annonçaient bien pour la saison estivale, mais elles ont été suivies de plusieurs annulations.

Deux principaux facteurs expliquent en partie ces résultats timides de cet été. Ce qui revient le plus souvent, d’après ce que Stéphane Daudelin a pu recueillir de la part des campings consultés : la mauvaise météo et la hausse du prix de l’essence.

« Le mois de juin a été mauvais avec beaucoup de pluie et du froid. Juillet a été moyen, mais le beau temps était là en août. Avec l’humidité en raison des fréquentes précipitations, les touristes ont remarqué une forte présence de moustiques. »

M. Daudelin croit que si nous avions eu un été de beau temps, le secteur aurait plutôt enregistré une hausse de la clientèle de l’ordre de 5 %.

« Je nous considère quand même chanceux si on se compare avec d’autres régions touristiques similaires à la nôtre où on enregistre des chutes de fréquentation de 9 % ou 10 %. Le Lac-Saint-Jean s’en tire bien dans les circonstances. »

Celui-ci fait référence à la Cote-Nord, le Bas-Saint-Laurent et la Gaspésie.

Déception du côté du nouvel attrait touristique mis en place uniquement pour 2022, le site de tournage du film Maria Chapdelaine à Normandin.

« On parle d’une affluence d’environ 700 visiteurs. On est un peu déçu, mais on comprend aussi que le film était déjà sorti depuis septembre 2021. »

Partager cet article