Saint-Augustin veut sauver son église

Photo de dhudon
Par dhudon
Saint-Augustin veut sauver son église
(Photo : tirée de Facebook)

La Municipalité de Saint-Augustin veut acquérir l’église paroissiale, construite en 1947-1948 et fermée depuis l’hiver dernier, pour la somme nominale de 1 $. Déjà quelques rencontres ont eu lieu avec la fabrique et les paroissiens sont tenus au courant de la démarche entreprise par les élus, qui veulent conserver ce bâtiment.

« L’église, c’est important pour le village. C’est un héritage légué par nos ancêtres et on doit tout faire pour conserver ce bâtiment pour les générations actuelles et futures », dit le maire, René Saint-Pierre.

Un comité est en train de se former avec des citoyens, des représentants de la fabrique et du conseil municipal. L’objectif ultime est de trouver une nouvelle vocation pour cet édifice. Carole Richer, conseillère en développement local et touristique à la MRC Maria-Chapdelaine, accompagne le comité dans ce processus de changement de vocation de l’église. Des subventions provenant de divers programmes pourraient venir appuyer un projet de transformation de ce lieu de culte.

La fabrique de Saint-Augustin a informé les paroissiens le 3 avril dernier et le conseil municipal en a fait autant avec les citoyens le 6 avril suivant. Autant le président de la fabrique, Sabin Duchesne que le maire René Saint-Pierre, s’accordent à dire que les gens présents étaient favorables au principe que la Municipalité puisse se porter acquéreur de l’église.

La fabrique n’a plus les ressources financières nécessaires pour continuer à maintenir l’église ouverte, dans le contexte actuel. Il reste dans les coffres de la fabrique de Saint-Augustin environ 48 000 $.

Nouvelle vocation

« On ne s’est pas encore penchés sur des projets éventuels pour le futur de l’église, ça viendra plus tard et les gens seront consultés en temps et lieux et pourront aussi suggérer des idées. Démolir l’église n’est pas une option. Elle fait partie de notre patrimoine », rassure le maire.

La fabrique a reçu récemment le feu vert de l’évêché pour la désacralisation de l’église, avant la mise en vente officielle du bâtiment.

La célébration de la messe dominicale se fait aux deux semaines, dans un local prêté par la Municipalité.

De même, les bureaux de l’hôtel de ville (salle communautaire) quitteront bientôt l’édifice actuel, qui sera transformé en salle multifonctionnelle, pour être relogés dans l’ancien bâtiment qu’occupait la Caisse Desjardins.

Enfin, le festival La Note en folie qui effectue un retour après une pause pandémie, s’installera dans l’église lors de sa prochaine édition, en juin prochain. Les bancs de l’église ont d’ailleurs été vendus majoritairement à des citoyens lors d’une grande vente sur place.

L’église servira de lieu central pour les activités du festival. Elle viendra remplacer le grand chapiteau qui était installé à l’extérieur.

Partager cet article