SADC:Près du quart des dossiers touchent la relève entrepreneuriale

SADC:Près du quart des dossiers touchent la relève entrepreneuriale
L’équipe de la SADC de Maria-Chapdelaine de plus en plus préoccupée par la relève entrepreneuriale

ÉCONOMIE. Un total de 21 dossiers d’entreprises sur les 93 traités à la dernière année à la Société d’aide au développement des collectivités de Maria-Chapdelaine ont porté sur la relève entrepreneuriale, ce qui représente 23% des dossiers traités.

Le directeur général de la SADC Maria-Chapdelaine, Jean-François Laliberté, précise qu’il s’agit d’une tendance qui se manifeste depuis quelques années sur le territoire. « Nous observons que la relève entrepreneuriale est présente sur le territoire et est de qualité », commente M. Laliberté, qui affirme que le phénomène contribue au maintien de l’activité économique sur le territoire. « Nous pouvons conserver avec la relève les emplois que nous avons dans le milieu », précise le directeur général de la SADC.

Les interventions de la SADC, sur les dossiers de relève, ont surtout porté sur l’acquisition d’entreprises au cours de la dernière année. Les dossiers qui ont demandé l’intervention de la SADC touchent tant la relève au niveau de l’entreprise familiale, que la vente de l’entreprise à un ou une travailleur ou travailleuse oeuvrant dans le domaine, qu’à la cession de l’entreprise à un groupe ou encore à l’ensemble des employés. Jean-François Laliberté souligne par ailleurs que la SADC a ainsi peaufiné son intervention dans les dossiers de relève, en s’impliquant entre autres comme partenaire dans Agri-relève, sur le territoire de Maria-Chapdelaine. « Nous cherchons à aider non seulement financièrement, mais aussi au niveau technique la relève dans tous les secteurs de l’économie », poursuit M. Laliberté.

Cette tendance devrait se maintenir au cours des prochaines années sur le territoire de Maria-Chapdelaine, alors qu’une étude réalisée sur l’âge moyen des propriétaires et dirigeants d’entreprise révèle que près de la moitié (46%) sont âgés des 50 ans et plus. « Le changement de garde dans une entreprise on doit y penser passé la cinquantaine », précise Jean-François Laliberté, qui rappelle que la recherche d’une relève est aussi importante que la création d’une entreprise pour le développement économique d’un territoire. —J.S.

Partager cet article