Riverains 2000 demande à RTA de reporter le débat après les audiences

Riverains 2000 demande à RTA de reporter le débat après les audiences

Claude Duchesne

INQUIÉTUDES. Le conseil d’administration de l’organisme Les Riverains Lac-Saint-Jean 2000 demande à Rio Tinto Aluminium de reporter le débat sur la gestion immobilière des terrains autour du lac Saint-Jean après la tenue des audiences publiques pour le renouvellement du décret du programme de gestion des berges du lac Saint-Jean.

Claude Duchesne, président de l’association, vient en effet d’adresser en ce sens une lettre à Jean Pedneault, directeur du programme de stabilisation des berges du lac Saint-Jean qui relève d’Énergie électrique, Métal primaire, Amérique du Nord de Rio Tinto.

Le président Duchesne adresse ainsi sa réponse à la requête présentée en juillet dernier par Jean Pedneault qui invitait l’association à joindre les rangs d’un comité de travail formé de locataires, d’élus et d’experts afin d’analyser toute la question des terrains de villégiature appartenant à RTA et qui sont loués.

Inquiétudes

La direction de Riverains 2000 comprend très bien qu’une entreprise doit revoir régulièrement ses manières de faire.

« Le conseil d’administration de Riverains Lac-Saint-Jean 2000 confirme son intérêt à participer à un comité de réflexion sur la révision de la politique de gestion immobilière de la Société immobilière Alcan Ltée », lance en introduction le président Duchesne.

Tout en acceptant cette proposition, l’organisme émet de sérieuses réserves sur le moment de faire les choses.

« La majorité de nos membres considère que cette réflexion est une menace en vue du renouvellement du décret entre RTA et le gouvernement du Québec qui vient à échéance en 2016. Le conseil d’administration de Riverains Lac-Saint-Jean 2000 demande à RTA de reporter la révision de la politique de gestion immobilière de la Société immobilière Alcan Ltée, après le renouvellement du décret. Ce délai de quelques mois sera bénéfique pour établir un climat de confiance entre les parties. C’est aussi une belle occasion pour RTA de prouver que cette réflexion n’est pas lié au renouvellement du décret », soutient le président Claude Duchesne, au nom de ses membres.

Il souhaite, en terminant, que RTA acceptera cette demande « qui dissipera un peu l’inquiétude et les craintes des riverains locataires ».

Toute cette polémique trouve son origine dans des propos transmis dans l’édition du Journal Le Lingot, en juin dernier, et qui faisaient état de la possible participation financière accrue des locataires de terrains sous bail autour du lac.

Ces propos ont soulevé une volte-face des maires, préfets et organismes de défense des droits des locataires qui s’apposent farouchement à cette possibilité.

Partager cet article