Richard Hébert s’en remet à la campagne électorale

Richard Hébert s’en remet à la campagne électorale
Le maire de Dolbeau-Mistassini

N’ayant pu obtenir d’échéancier précis sur la construction d’un nouveau pont sur la rivière Mistassini, le maire de Dolbeau-Mistassini, M. Richard Hébert, s’en remet à la prochaine campagne électorale pour obtenir des engagements fermes à sa réalisation.

Dressant le bilan de sa rencontre avec le ministre Sylvain Gaudreault, le maire Hébert a indiqué que le ministre des Transports lui a annoncé que la construction du pont de Dolbeau se retrouvait à la programmation 2014 du ministère. « Je n’ai pu obtenir de date sur le processus de construction ni sur l’ampleur des travaux qui seront réalisés », précise Richard Hébert. En fait les informations véhiculées seraient à l’effet que l’on construirait un pont à deux voies en remplacement de celui actuellement en place.

« Nous demandons la construction d’un pont à quatre voies et ceci le plus rapidement possible », déclare Richard Hébert qui invite les candidats à la prochaine élection à se prononcer sur cet en jeu de développement pour le milieu dolmissois et pour l’ensemble de la MRC de Maria-Chapdelaine.

À cette rencontre avec le ministre Sylvain Gaudreault, à laquelle assistaient le préfet Jean-Pierre Boivin et le député Denis Trottier, il a été question du pont ferroviaire. Les participants voulaient connaître la position du ministre des Transports dans le dossier du pont tracel et d’une éventuelle participation financière de Québec. « Nous avons constaté un certain intérêt sur l’argumentaire d’une baisse des gaz à effet de serre avec le transport par train, mais le ministre nous rappelé qu’il s’agissait d’un dossier du fédéral ».

Pour le maire de Dolbeau-Mistassini, tous ces dossiers de transport sont nécessaires pour la venue de projets comme celui de l’aluminerie, du développement minier et de la venue du gaz naturel. « Nous entendons profiter de la prochaine campagne électorale pour que les candidats prennent des engagements sur ces questions », conclut le maire Hébert. —J.S.

Partager cet article