Programme de stabilisation des berges: la réparation des chemins doit être inclue croit la MRC

Programme de stabilisation des berges: la réparation des chemins doit être inclue croit la MRC
Chemin de gravier Péribonka

BAPE. La MRC de Maria-Chapdelaine demande la tenue d’audiences publiques dans le dossier du programme de stabilisation des berges du lac Saint-Jean, mais va plus loin et exige qu’on s’attarde à la détérioration des chemins.

En séance ordinaire du conseil de la MRC, le préfet Jean-Pierre Boivin a en effet rappeler que les activités liées au programme de stabilisation des berges ont des impacts importants sur les chemins empruntés par les camions.

On se souviendra notamment du cas de la municipalité de Péribonka, qui a mis Rio Tinto en demeure afin d’être remboursée pour les bris causés à un chemin conduisant aux rives du lac Saint-Jean pendant des travaux de rechargement menés en 2015. Une étude menée par la municipalité et la MRC avait chiffré les dégâts à quelque 400 000$.

Les élus de Maria-Chapdelaine souhaitent qu’on n’ait pas à revivre de telles situations. « On pense qu’il devrait y avoir une obligation de négocier avec les municipalités pour refaire la structure des chemins après des bris », a indiqué Jean-Pierre Boivin.

Le maire de Péribonka, Ghislain Goulet, devait ajouter que lors des derniers travaux liés au programme de stabilisation des berges, quelque 8 500 voyages de camion ont été répertoriés. De toute évidence, le réseau routier qui donne accès aux secteurs de villégiature en bordure du lac Saint-Jean, souvent gravelé, n’est pas conçu pour subir un tel volume de circulation lourde.

Partager cet article