Planification stratégique ambitieuse pour la MRC de Maria-Chapdelaine

Photo de Serge Tremblay
Par Serge Tremblay
Planification stratégique ambitieuse pour la MRC de Maria-Chapdelaine
Le préfet Luc Simard a présenté la planification stratégique 2020-2025 de la MRC la semaine dernière. (Photo : Trium Médias - Serge Tremblay)

Attractivité, collaboration, développement et communication sont au nombre des mots qui sont revenus souvent lors de la présentation de la planification stratégique 2020-2025 de la MRC de Maria-Chapdelaine. Des thèmes qui s’insèrent directement dans les cinq enjeux auxquels la MRC s’attaquera dans les prochaines années.

La planification stratégique 2020-2025, réalisée en collaboration avec le Centre québécois de développement durable, est le fruit d’une dizaine de soirées de consultations au cours desquelles 182 personnes provenant de différents milieux ont été appelées à donner leur point de vue.

Au sortir de l’analyse des informations recueillies, cinq enjeux clés ont été retenus, à savoir : Aménagement optimal du territoire, Développement des milieux de vie, Amélioration de la gouvernance dans la MRC, Accroissement de la vitalité économique et Amélioration de la communication.

Le plan stratégique se décline ensuite en 37 objectifs à atteindre, pour lesquels des actions concrètes seront ciblées.

« C’est vraiment un bel outil de travail qui se transpose dans tous nos axes d’intervention à la MRC. Chaque année, on mettra notre plan à jour et on identifiera des actions et des indicateurs pour atteindre nos cibles », résume le préfet, Luc Simard.

Au-delà d’une centaine de personnes ont participé au dévoilement de la planification stratégique 2020-2025 de la MRC de Maria-Chapdelaine.

Partenaire

Parmi les éléments qui ressortent, la MRC souhaite se positionner en partenaire des collectivités afin de les supporter dans leur développement. Il est important de maintenir des petites municipalités vivantes et de combattre la dévitalisation, croit Luc Simard.

« Je ne veux pas que l’on se retrouve avec juste une seule ville. Les municipalités ont leur importance, comme la ville a son importance. La MRC peut être un collaborateur, un partenaire et un facilitateur. »

Cette optique de collaboration pourrait notamment se traduire par des fusions de services qui seraient ensuite offerts aux municipalités via la MRC.

Communication

Les discussions entourant la confection du plan stratégique ont fait ressortir de façon claire qu’il y a une lacune à la MRC en termes de communication.

« Les gens ne nous connaissent pas, ne savent pas ce que l’on fait. Il faut le communiquer davantage. »

Est-ce que cela se traduira par l’embauche d’une ressource additionnelle? Cela reste à voir, selon Luc Simard.

« Il faudra d’abord en discuter plus longuement avec le conseil des maires. On parle de communication, mais ce n’est qu’un plus petit volet, nos besoins sont aussi au niveau de la concertation et de la liaison avec le milieu. »

Partager cet article