Péribonka et Chutes à l’Ours : les deux campings profitent du bel été

Denis Hudon
Péribonka et Chutes à l’Ours : les deux campings profitent du bel été
Camping de Péribonka (Photo : courtoisie Corporation de soutien économique de Péribonka/COSEP)

Les campings en général ont la cote ces dernières années. À Péribonka, on ne s’en plaindra certainement pas alors qu’on se dirige vers une hausse d’achalandage de l’ordre de 10 à 15 %.

Les mois de juin, août, mais surtout juillet, ont nettement enregistré une augmentation de l’achalandage.

Le bel été jusqu’à maintenant a grandement favorisé les terrains de camping. Avec ses 110 emplacements, dont 37 occupés par des saisonniers, son hébergement avec quatre chalets et cinq sites de prêt-à-camper, sa piscine, ses jeux d’eau et une nouveauté cette année, le mini-golf, le camping de Péribonka a été une cible de choix pour les vacanciers.

« Le camping en général est sur une bonne vague depuis quelques années. C’est une activité très prisée et chez nous aussi on voit une belle augmentation de notre clientèle », dit Patricia Caouette, coordonnatrice en tourisme et loisir à la Municipalité de Péribonka.

Les cyclistes ont été encore nombreux à s’accorder des nuitées au camping.

La fin de semaine du festival À L’Eau Péribonka est la plus achalandée de la saison, les autres fins de semaines les plus fortes étant la Saint-Jean-Baptiste et la fête du Canada. La fête du Travail est aussi très populaire en camping. La saison se terminera le 15 septembre.

Chute à l’ours

À Normandin, le Site touristique Chute à l’Ours se dirige vers un achalandage semblable à l’an dernier, peut-être même une légère augmentation de 2 % ou 3 %.

« Il est passé 55 337 visiteurs en 2018 et on devrait, si l’automne est beau, dépasser ce nombre d’ici à la fermeture le 14 octobre », analyse Mélissa Asselin, responsable du service à la clientèle à la Ville de Normandin.

Le site compte 250 emplacements, dont 106 pour les saisonniers en plus de chalets de location à l’année.

Là aussi on a construit un mini-golf qui est très populaire. On y a même ajouté un terrain de soccer.

Manque de sauveteurs

Avec la rentrée scolaire, les campings perdent une bonne partie de leurs effectifs employés. Ainsi, tant à Péribonka qu’à Normandin, les piscines des deux campings ont dû fermer en raison d’un manque de sauveteurs. Chacun cherche désespérément une façon d’en recruter de nouveaux pour terminer la saison, mais ce sera difficile, admettent les responsables.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des