Patrouilles nautiques accrues cet été

Photo de Yohann Harvey Simard - journaliste de l'initiative de journalisme local
Par Yohann Harvey Simard - journaliste de l'initiative de journalisme local
Patrouilles nautiques accrues cet été
En prévision d’un été mouvementé, deux patrouilles nautiques seront déployées à temps plein sur le lac Saint-Jean cet été. (Photo : courtoisie)

La Sûreté du Québec déploiera deux patrouilles nautiques à temps plein cet été pour assurer la sécurité sur le lac Saint-Jean.

Le fait est que la SQ s’attend à un été particulièrement mouvementé comme ce fût le cas l’an dernier, alors que le comportement de certains plaisanciers a été critiqué.

« C’est sûr qu’on va être très présents sur le lac. On a dédié deux policiers de façon permanente à la patrouille du lac Saint-Jean. Ils sont complètement détachés de leurs autres fonctions pour se consacrer uniquement à ça », affirme Hugues Beaulieu, porte-parole pour la Sûreté du Québec.

Les patrouilleurs couvriront l’ensemble des secteurs des différentes MRC du Lac-Saint-Jean.

« Par moments, ça va être dans la MRC de Lac-Saint-Jean-Est, et à d’autres moments, ce sera dans celle du Domaine-du-Roy parce que la problématique est vraiment généralisée. »

Nouveaux usagers

Si les embarcations nautiques seront plus nombreuses, il faut également s’attendre à ce que certains de leurs pilotes soient inexpérimentés.

« Il n’y a plus de motomarines à vendre. Il n’y a plus de bateaux à vendre. Donc il y aura beaucoup de nouveaux usagers. Même s’ils doivent suivre leur cours de compétence, parfois ça entre dans une oreille et ça ressort par l’autre. »

Hugues Beaulieu assure que les patrouilleurs seront là afin de rappeler les guides de conduite et les façons adéquates de circuler sur les eaux.

« Notre travail c’est principalement de vérifier les équipements de sécurité, mais on va aussi cibler les comportements à risque. »

Vitesse

Bien que sur les plans d’eau, la vitesse ne soit soumise à aucune réglementation spécifique, Hugues Beaulieu rappelle qu’il ne s’agit pas du Far West et que les conducteurs demeurent responsables des conséquences liées à leur conduite.

« Les gens doivent comprendre qu’ils sont responsables des vagues causées par leurs bateaux. Par exemple, si un enfant chavire de son kayak et se cogne la tête, il y aurait matière à faire une enquête policière et à déposer des accusations. »

Alcool

En ce qui concerne l’alcool, il n’est pas interdit d’en boire à bord de son embarcation. Toutefois, le Code criminel est applicable. La limite maximale de .08 reste prescrite.

Des policiers seront d’ailleurs présents dans les marinas pour veiller à ce que cette limite soit respectée.

Partager cet article