Pas que de mauvaises nouvelles

Louis Potvin
Pas que de mauvaises nouvelles
Papetière Dolbeau-Mistassini (Photo : Trium Médias - Serge Tremblay)

Malgré les défis et les écueils, Produits forestiers Résolu poursuit ses investissements dans la région afin de garder ses usines compétitives. Et les investissements à l’usine de Kénogami auront des répercussions à Saint-Félicien et Dolbeau-Mistassini.

« Pour le côté positif, il faut voir tous les investissements que nous faisons. Nous annonçons 38 M$ à l’usine de Kénogami, mais c’est un investissement régional, car on va fabriquer un autre type de papier. En faisant plus de commandes SCA+ (super calandré de meilleure qualité), ça va nous permettre de transférer de la production SCP à Dolbeau. Ce qui va aider cette usine », fait valoir le président.

De plus, l’implantation d’unité de production de filament de cellulose aura des répercussions sur l’usine de pâte de Saint-Félicien puisque la fibre est produite à partir de la pâte Kraft.

« De plus, nous allons poursuivre nos investissements de 60 M$ à l’usine de pâte de Saint-Félicien en 2020. Également, les Serres Toundra, où nous sommes actionnaires à 49%, devraient poursuivre leur expansion. On va continuer nos investissements aussi dans nos scieries. On a changé un planeur à Saint-Thomas, même si elle est fermée pour le moment. »

Alma

Pour la papetière d’Alma , les nouvelles sont plutôt bonnes. Alors que la 3e machine a été démarrée de façon temporaire, les commandes sont au rendez-vous et il n’y a pas d’arrêt de planifié pour le moment.

« Ça s’annonce bien pour 2020, mais on ne sait jamais ce qui peut arriver. Il pourrait y avoir des arrêts selon l’évolution des commandes. La clé est de rester compétitif. »

Saint-Félicien

L’usine de Saint-Félicien se trouve en bonne posture, même si l’année 2019 a été difficile en raison de la chute du prix de la pâte causée par une réduction d’achat par la Chine. Une situation qui n’inquiète pas le grand patron.

« Le marché de la pâte est tellement gros et notre usine est productive et offre une pâte de très grande qualité, alors nous n’avons pas de difficulté à la vendre. »

Yves Laflamme indique que les tensions entre les États-Unis et l’Iran n’ont rien pour aider dans le conflit sur le bois d’oeuvre. Il ne sait pas si le taux de taxe augmentera en 2020.

Pour ce qui est de l’emploi, l’entreprise réussit à recruter de la main-d’oeuvre et multiplie les stratégies. En 2020, ce sont 1 000 personnes qui seront embauchées, dont la grande partie au Québec.

Finalement, l’achat de trois scieries aux États-Unis n’aura pas d’incidence sur celles de la région

« On n’a pas acheté des scieries pour en fermer au Québec. C’est seulement une décision d’affaires pour poursuivre notre croissance et profiter d’opportunités qui se présentent. »

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des