Paramédics en soins avancés : une formation qui fait la différence

Photo de dhudon
Par dhudon
Paramédics en soins avancés : une formation qui fait la différence
Seul formateur au Saguenay-Lac-Saint-Jean de paramédics en soins avancés, Sylvain Dufour estime qu’une telle formation est essentielle dans la région. Il en voit les bienfaits tous les jours sur le terrain. (Photo : Trium Médias - Denis Hudon)

Le haut du lac comptera bientôt sur deux paramédics en soins avancés (PSA). Des ambulanciers disposant d’une formation spécialisée qui permet de stabiliser l’état d’un patient en situation critique, avant même son arrivée à l’hôpital. Et cela fait toute la différence.

Une deuxième cohorte de cinq paramédics du Saguenay-Lac-Saint-Jean est présentement en formation pour l’obtention d’une Majeure en soins préhospitaliers d’urgence avancés. Depuis août 2021, deux ambulanciers du Lac-Saint-Jean et trois du Saguenay suivent la formation.

Sylvain Dufour, paramédic à la Coopérative des techniciens ambulanciers du Québec (CTAQ), est le seul formateur en soins avancés dans la région. Des exemples de vies sauvées grâce à cette formation bonifiée d’ambulanciers, il peut en citer encore et encore.

« J’ai un cas en tête où le patient, au Lac-Saint-Jean, était littéralement en train de mourir. J’ai contacté l’ambulance qui était en route vers l’hôpital pour déterminer l’endroit où je pouvais l’intercepter et embarquer avec eux. J’ai pu stabiliser l’état du patient en installant temporairement un stimulateur cardiaque. À son arrivée à l’hôpital, le patient était sauvé et le personnel de l’hôpital a pris le relais pour le suivi. »

Sylvain Dufour explique que cela a aussi l’avantage d’enlever de la pression sur le médecin de garde et le personnel puisque l’état du patient est déjà stabilisé et que ceux-ci peuvent passer immédiatement à l’étape suivante. C’est aussi des coûts en moins puisque le cas aura exigé moins de ressources d’urgence, le patient n’ayant pas à être transféré aux soins intensifs.

« Les paramédics en soins avancés ne peuvent pas fonctionner sans les ambulanciers primaires. Ce sont eux qui sont en première ligne et qui nous informent de l’état du patient. C’est un travail d’équipe, on est complémentaires », insiste Sylvain Dufour.

Des interventions spécifiques aux PSA

L’intervention d’un paramédic en soins avancés permet dans bien des cas d’urgence d’éviter au patient à la maison un transport vers l’hôpital. Ça peut être une situation où la personne a oublié de prendre un médicament, souffre d’une allergie, éprouve des difficultés respiratoires, etc.

« On est en contact avec le médecin et on peut ainsi suivre ses indications à distance en administrant des médicaments ou en effectuant des interventions spécifiques au PSA. Ça arrive fréquemment ».

Le PSA dispose de beaucoup plus d’outils pour évaluer la situation et intervenir. Il peut ainsi : appliquer un plan de soins, installer un pacemaker externe, traiter des conditions spécifiques, etc.

Sylvain Dufour indique que les besoins en PSA sont partout dans la région, mais que le Lac-Saint-Jean, le Haut du Lac en particulier en raison de son éloignement du centre hospitalier régional et de sa population plus vieillissante, est prioritaire.

« Offrir des soins à domicile, c’est très important. On pense qu’avec 20 ou 25 paramédics en soins avancés, la région aurait une excellente couverture », conclut Sylvain Dufour.

Partager cet article