Œuvre de résidentes des Blés d’or à Saint-Thomas-Didyme : Une peinture à numéros format géant

Denis Hudon
Œuvre de résidentes des Blés d’or à Saint-Thomas-Didyme : Une peinture à numéros format géant
Les résidentes de la Maison des Blés d’or contribuent collectivement à la réalisation d’une peinture à numéros sur un mur de la salle communautaire. (Photo : courtoisie)

La résidence pour personnes âgées les Blés d’or à Saint-Thomas-Didyme a eu une idée originale en proposant aux bénéficiaires de réaliser une immense peinture sur un mur de l’établissement : Une peinture à numéros.

Avec la pandémie qui a eu pour conséquence de restreindre les activités et les visites, particulièrement lors du confinement total, les résidents profitent depuis de chaque moment de divertissement. La résidence des Blés d’or compte douze locataires autonomes.

« J’entendais ici et là des résidentes jaser entre elles et qui disaient qu’elles aimeraient faire de la peinture à numéros. J’ai eu à ce moment l’idée de leur proposer un projet, avec la bénédiction de la direction de l’établissement. Le projet était de peindre un paysage sur un mur de la salle communautaire de notre établissement, mais une peinture géante à numéros », explique Monique Lavoie, animatrice en soutien à la vie communautaire.

Avec un projecteur emprunté à la Municipalité, un dessin a été choisi et reproduit sur le mur. Des numéros ont été ajoutés aux cases pour les différentes couleurs à appliquer.

« C’est merveilleux de les voir participer à la création de cette immense peinture. Il y a même une dame qui n’avait jamais fait de la peinture auparavant et qui vient de se découvrir une passion. »

D’autres projets

L’oeuvre amorcée il y a trois semaines devrait être complétée d’ici à Noël. Chaque jour, lorsqu’elles en ont envie, des résidentes ajoutent leurs coups de pinceaux à l’œuvre. Résidentes, parce qu’aucun homme n’a jusqu’à maintenant mis son grain de sel.

« Les hommes sont plus réticents à ce genre de projet. La peinture à numéros les attire moins, faut croire. Mais, j’ai d’autres idées pour eux », prévient Monique Lavoie, qui a plus d’un tour dans sa besace.

Comme plusieurs résidents n’ont plus leur permis de conduire, Monique Lavoie a dans ses plans de dénicher un conducteur bénévole qui leur ferait faire des balades en auto dans les rangs et rues du village.

« Ça change le mal de place. Notre chauffeur pourrait s’arrêter de temps en temps, dans un restaurant par exemple, pour prendre un café et jaser entre eux, en dehors des murs de l’établissement. J’ai toujours des projets un peu fous », lance en riant Monique Lavoie.

Partager cet article