Luthier de formation : Patrick Girard donne une âme au bois

Photo de Serge Tremblay
Par Serge Tremblay
Luthier de formation : Patrick Girard donne une âme au bois
Patrick Girard allie sa passion pour la musique et le travail du bois en fabriquant ses propres instruments. (Photo : Trium Médias - Serge Tremblay)

Le Dolmissois Patrick Girard allie sa passion pour la musique et le travail du bois de la meilleure façon qui soit : il fabrique à la main ses propres instruments. Il a d’ailleurs décidé de relancer son propre atelier, Arbrenson.

« Je suis issu d’une famille de musiciens et de gosseux de bois. Faire de la lutherie me permettait de jumeler les deux. Quand j’étais jeune, j’ai appris la guitare avec un instrument où la touche était très haute, alors j’avais les doigts en sang. J’ai commencé très tôt à trafiquer ma guitare pour l’améliorer! », raconte Patrick Girard, depuis son petit atelier situé dans le garage de sa résidence.

Ces dernières années, ce luthier de formation avait un peu mis la fabrication d’instrument de côté. Mais chassez le naturel et il revient au galop, dit le vieil adage.

« Ça a fini par ressortir et ça me manquait. Il fallait que je m’y remette alors j’ai demandé à mes patrons de réduire mes heures pour que je puisse avoir une journée par semaine pour travailler à mon atelier sur mes projets. »

Le violon, en raison de la courbure de sa voûte, est l’instrument le plus complexe à créer pour un luthier.

Pour le plaisir

Patrick Girard ne se berce pas d’illusions, il sait que de vivre de la lutherie à Dolbeau-Mistassini n’est pas réaliste, c’est avant tout une affaire de passion. À partir de son atelier, il propose quelques services connexes pour les musiciens qui ont besoin de redonner un peu de lustre à leur instrument.

« Pour moi, c’est vraiment pour le plaisir. J’offre un service pour la réparation pour accorder les instruments. Je peux dépanner les gens à un bon prix. Je me monte un inventaire et si je vends une création, c’est tant mieux, mais sinon ce n’est pas grave, je pourrai les léguer en héritage à mes enfants! »

Projet

Son plus récent projet : créer un bouzouki, un instrument à corde d’origine grecque qui a aussi été adapté par les Irlandais. Patrick Girard a créé de toutes pièces son propre gabarit et fignole lentement mais surement son instrument.

« J’ai bien hâte de l’entendre. Je pense que le son sera très intéressant! »

Celui-ci précise que le processus de création d’une guitare représente un travail de 50 à 60 heures. Pour un violon, un instrument très complexe, ce sera beaucoup plus long avant d’arriver au produit fini.

« Je prends un morceau de bois, je le transforme en instrument et je le donne à un musicien, qui va à son tour le transformer en musique. C’est de là qu’est sorti le concept d’Arbrenson. »

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des