« L’UPA doit avoir des amis et des alliés » — Mario Théberge

« L’UPA doit avoir des amis et des alliés » — Mario Théberge
Mario Théberge

AGRICULTURE. Pour le nouveau président de l’UPA du Saguenay-Lac-Saint-Jean, le Normandinois Mario Théberge, le développement de l’agriculture au Saguenay-Lac-Saint-Jean ne se fera pas seulement par les producteurs agricoles, mais avec l’appui des élus et de la population.

« Au cours des dernières années, nous avons vu que les revendications des agriculteurs à l’endroit des gouvernements n’ont pas été écoutées et nous avons besoin que les élus politiques de la région et les intervenants économiques nous appuient et connaissent mieux nos enjeux », déclare le nouveau président, qui se dit persuadé que c’est avec l’appui de tous que l’on réussira le développement d’une agriculture forte dans la région.

Mario Théberge rappelle que c’est avec cette ligne d’action qu’il vient d’être élu à la tête de l’UPA et qu’il bénéficie ainsi d’un mandat clair de la part des producteurs de la région. 

Devant les dossiers à court terme et qui visent à obtenir du gouvernement une politique claire en regard du développement de l’agriculture, Mario Théberge affirme que les producteurs chercheront à informer et rencontrer les préfets, maires et députés pour que toute la région se mobilise et endosse la démarche de l’UPA. 

Le nouveau président confie que les rencontres sollicitées avec les élus serviront à expliquer le bien-fondé des revendications et obtenir leur appui dans les démarches de mobilisation.

Pour Mario Théberge, cette recherche d’appuis ne se fait pas dans un seul sens, et il offre la collaboration de son syndicat dans l’établissement de projets de développement de l’agriculture.

« Dans le monde agricole, nous sommes habitués à travailler en vase clos et nous devons changer cette approche », soutient-il.

Que ce soit dans l’élaboration de projets venant d’entreprises privées, de coopératives ou encore de comités de développement local, le président Théberge offre la collaboration de l’UPA comme partie prenante à leur réalisation. 

Militant depuis plus de 20 ans au sein de l’UPA, Mario Théberge estime que le syndicalisme agricole doit s’adapter aux réalités modernes pour faire face aux défis de nourrir efficacement la population.

« Nous devons nous préparer maintenant pour les besoins de demain et c’est la concertation qui doit être le moyen de les satisfaire », conclut Mario Théberge. 

Partager cet article