L’inflation fait mal : des projets à revoir à Dolbeau-Mistassini

Photo de Serge Tremblay
Par Serge Tremblay
L’inflation fait mal : des projets à revoir à Dolbeau-Mistassini
Hôtel de ville (Photo : Trium Médias - Serge Tremblay)

La préparation du budget 2023 de la Ville de Dolbeau-Mistassini s’annonce être un exercice difficile. Un déficit est appréhendé pour 2022 et l’inflation place un point d’interrogation au-dessus de bon nombre de projets.

Le maire André Guy ne le cache pas, l’inflation affecte durement les activités de l’administration municipale.

« On se dirige présentement vers un déficit de l’ordre de 300 000 $ que l’on peut aisément absorber avec notre surplus accumulé. Il nous faudra faire preuve d’une gestion très prudente dans notre prochain budget. Ce sera une année difficile et charnière du point de vue de la gestion », entrevoit le premier magistrat.

Plusieurs projets qui étaient dans les cartons de l’administration municipale devront être analysés de nouveau. Il faudra revoir les priorités et faire des choix, estime André Guy.

« Nous avons différents projets sur la table dont les estimations datent d’un an ou deux. Ces estimations ne tiennent plus la route dans le contexte d’aujourd’hui. Est-ce qu’on doit annuler ces projets, est-ce qu’ils sont reportables ou est-ce qu’on peut les dégraisser? Ce sont des questions sur lesquelles le conseil devra se pencher. »

Le projet de parc multisport sur l’ancien site du Festival Western figure à la liste de ces projets qui doivent faire l’objet d’une révision. D’abord estimé à autour de 3,3 M$, ce parc attendu du milieu ne pourra vraisemblablement pas être réalisé à ce coût dans les conditions d’aujourd’hui.

« Il faut réévaluer un certain nombre de choses », laisse entendre le maire, sans toutefois en dire davantage à ce sujet.

Infrastructures

André Guy estime que Dolbeau-Mistassini n’aura pas d’autres choix que donner une priorité à l’entretien de ses infrastructures dans les prochaines années. La reconstruction de l’usine d’eau potable de la rue Hamel risque d’être un gros morceau.

« Il était minuit moins une pour l’usine Hamel et cela exigera des investissements majeurs. Heureusement, il y a des programmes pour supporter ce type d’investissement, mais ça démontre qu’on doit être prévenant avec nos infrastructures. Le conseil devra se pencher là-dessus. »

Partager cet article