Lien routier Normandin-La Doré : le projet de réfection serait dans les priorités

Serge Tremblay et Louis Potvin
Lien routier Normandin-La Doré : le projet de réfection serait dans les priorités
Lien routier Normandin-La Doré (Photo : archives)

Les signaux sont positifs pour une éventuelle réfection du lien routier entre les municipalités de Normandin et La Doré. Une récente rencontre avec l’équipe du ministre Bonnardel laisse croire que le dossier est bien positionné pour obtenir le financement nécessaire.

Cette route qui accueille un volume de transport lourd important demeure en piteux état. Les municipalités de Normandin et de La Doré tentent depuis plusieurs années de trouver une façon de financer les travaux, qui avaient été évalués à environ 10 M$ en 2017.

« Nous avons eu une rencontre avec la garde rapprochée du ministre Bonnardel et nous avons obtenu une très bonne réceptivité. Le problème, c’est qu’il n’y a plus de fonds dans le programme d’aide dans lequel nous sommes inscrits. La bonne nouvelle, c’est que l’on nous dit que des sommes additionnelles seront injectées », a indiqué le maire de Normandin, Mario Fortin.

Tanné d’attendre

Pour sa part, le maire de La Doré, Yanick Baillargeon, affiche des signes d’impatience. Il trouve que sa municipalité a assez attendu, surtout pour la réparation urgente d’une portion de 1,4 km.

« On nous dit qu’on cadre dans un programme qui paye 90% du montant des travaux de 1,1 M$. Nous, la municipalité, nous avons réservé le 100 000 $ nécessaire, ce qui représente une somme importante pour une localité comme la nôtre, mais on n’a toujours pas de confirmation et ça fait deux ans qu’on attend », déplore-t-il.

Priorité

Mario Fortin mentionne que jusqu’à présent, le programme d’aide dont il est question a surtout favorisé les grands centres. Le gouvernement souhaiterait revoir ses critères d’analyse en fonction de l’importance économique des infrastructures pour les collectivités.

« L’importance économique de ce lien routier est connue. En 2018, il y a eu 70 000 véhicules lourds qui y ont circulé, seulement pour Résolu. On sait aussi qu’après 25 ans d’usure, la vie utile de l’infrastructure est passée. Il y a une question de sécurité. L’équipe du ministre en est bien consciente et notre projet serait une priorité sur le dessus de la pile. »

Les plans et devis pour la réalisation des travaux doivent d’ailleurs être préparés en décembre prochain en attendant d’obtenir le feu vert du ministère. Il est cependant impossible de savoir quand ce feu vert pourra être donné, puisqu’il reste encore 400 projets d’inscrits au programme.

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des