Lien routier Normandin-La Doré : le gouvernement doit en donner plus

Lien routier Normandin-La Doré : le gouvernement doit en donner plus
Le lien routier entre La Doré et Normandin est critique pour le transport lourd

TRANSPORT. Lien névralgique pour le transport de bois, la route et le pont qui relient Normandin à La Doré ont atteint leur vie utile. Les deux localités auront toutefois besoin de davantage de soutien alors que la facture de réfection pourrait atteindre les 5 à 6 millions de dollars.

« Après plus de 20 ans, nous sommes rendus au point où on doit procéder à une remise en état majeure, mentionne le maire de Normandin, Mario Fortin. Juste pour Normandin, on parle de 1,3M$ plus un 300 000 à 400 000$ pour refaire le tablier du pont. Les coûts sont encore plus élevés du côté de La Doré. »

Les deux municipalités ont pu se qualifier pour un programme du ministère des Transports qui leur permettra de subventionner 75% des coûts. Même à 75%, cependant, la facture finale à assumer pour les citoyens sera trop élevée.

« On doit absolument rencontrer notre député pour revendiquer une aide supplémentaire. Cette route est utilisée pour le transport du bois et nous avons de bons arguments avec tous les chiffres de Produits forestiers Résolu. La Doré et Normandin, on va continuer d’entretenir cette route comme on a l’a toujours fait, mais on doit pouvoir compter sur de l’aide supplémentaire pour ces travaux », affirme Mario Fortin.

Pour l’instant, les deux localités en sont à l’étape de la réalisation des plans et devis en prévision de travaux qui pourraient se dérouler en 2018.

S’il s’agissait d’une route régionale, ce serait chose réglée puisque tous les frais seraient pris en charge par le ministère. Il n’y a toutefois aucune ouverture de ce côté, on se bute à une fin de non-recevoir lorsqu’on aborde ce dossier, indique le maire Fortin.

« Demain matin, si on doit fermer cette route, l’impact sera majeur pour le transport lourd et pour Produits forestiers Résolu. On se retrouvera aussi avec un seul pont sur la rivière sans possibilité de détourner le trafic en cas de problème. On est à la croisée des chemins, il faut agir avant que la sécurité des usagers ne soit en cause », de conclure Mario Fortin.

Partager cet article