Les restaurateurs retrouvent l’appétit

Photo de dhudon
Par dhudon
Les restaurateurs retrouvent l’appétit
Le Café Central a repris du service depuis la semaine dernière et espère que cette fois, c’est pour de bon. (Photo : Trium Médias-Denis Hudon)

Les restaurateurs espèrent que cette fois sera la bonne et la dernière. Les fermetures à répétition depuis le début de la pandémie laissent des séquelles. Pour la troisième fois en deux ans, les restaurants rouvrent à la clientèle.

Au restaurant des Copains à Dolbeau-Mistassini, la propriétaire Sophie Duchesne est heureuse de renouer depuis cette semaine avec les clients.

« Chaque fois qu’on doit fermer, ce ne sont pas seulement des pertes financières, il y a aussi le départ de certains employés et on les comprend. Ils recherchent un emploi avec une certaine stabilité. Je me compte chanceuse quand même, le bâtiment m’appartient et il est payé », lance-t-elle d’abord.

Elle peut compter sur neuf employés pour la réouverture de son resto. Ce n’est pas encore la situation d’avant-pandémie, puisque que les restaurants ouvrent à 50 % de leur capacité d’accueil.

« À la longue, c’est dur sur le moral. J’espère seulement qu’on va pouvoir rester ouvert à l’année. On reçoit de l’aide gouvernementale, mais c’est loin de combler toutes nos pertes au fil des fermetures. Tout le monde est content de la réouverture et on espère que notre clientèle va revenir à ses bonnes habitudes. Surtout que nos mets sont faits à 98 % maison. C’est ce qui fait aussi notre force. Nos déjeuners et nos poutines sont très populaires », ajoute celle qui est propriétaire du Restaurant des Copains depuis 13 ans.

Son resto est ouvert du lundi au vendredi, de 5h à 19h30 ainsi que le samedi de 5h à 14h et le dimanche de 6h à 14h.

Café Central

Le Café Central, lui aussi sur la rue De Quen, dans le secteur Mistassini, attendait patiemment de pouvoir rouvrir.

« C’est la troisième fois qu’on a dû fermer en raison de la pandémie. Ça vient tannant et on ne veut plus qu’on nous ferme. Je ne pense pas qu’il y aura d’autres fermetures, les restaurateurs n’accepteront plus et je crois que le gouvernement en est bien conscient », dit Carmelle Perron, la propriétaire depuis 10 ans.

Le Café Central a rouvert le 1er février dernier et la propriétaire constate depuis les sourires sur les visages des clients qui sont de retour à leurs habitudes.

« Je trouve que ça se passe quand même bien, même si on doit accueillir la moitié de notre capacité. Je n’ai pas perdu d’employés pendant les fermetures, mais avec un personnel de huit, il m’en faudrait deux autres pour bien faire. Les fins de semaine, pas de problème, c’est sur semaine où il me manque du monde sur le plancher, mais on s’arrange.

Ce restaurant offre les déjeuners et les diners et est ouvert de 5h à 14 h, sept jours sur sept.

 

Partager cet article