Les Chevaliers votent en faveur de la vente de leur salle

Photo de Serge Tremblay
Par Serge Tremblay
Les Chevaliers votent en faveur de la vente de leur salle
Salle des chevaliers (Photo : Trium Médias - Serge Tremblay)

Les Chevaliers de Colomb de Dolbeau ont voté avec une très forte majorité en faveur de la vente éventuelle de leur salle située sur la rue des Cèdres. Il ne s’agirait plus que d’une question de temps avant qu’une transaction puisse être conclue.

Avec le vieillissement des membres et la diminution des activités, il était devenu très difficile pour les Chevaliers de Colomb de Dolbeau, malgré un effectif toujours fort, de payer les coûts fixes pour le local. Il en coûterait autour de 28 000 $ par année pour opérer la salle, selon ce que le Nouvelles Hebdo a appris.

« Nous avons pris une décision avec nos membres à l’effet que nous sommes prêts à nous départir de la salle. Nous avons des négociations avec des acheteurs, mais le dossier est aussi entre les mains de la Ville de Dolbeau-Mistassini. Ce n’est pas encore fait », a indiqué le Grand Chevalier, Ghislain Lamontagne.

Acheteur

La Société d’histoire et de généalogie Maria-Chapdelaine, qui est à l’étroit dans ses locaux actuels, serait l’acquéreuse potentielle. Une étude par une firme d’architecte visant à déterminer les travaux à effectuer pour rendre les locaux fonctionnels pour les besoins de la Société a d’ailleurs été menée.

« Oui, il y a des discussions pour relocaliser la Société d’histoire. L’organisme a une certaine capacité financière, mais la Ville devra être impliquée. On essaye de trouver des solutions avec d’autres organismes du milieu. Nous, on ne veut pas être propriétaire de l’édifice », a indiqué le maire de Dolbeau-Mistassini, Pascal Cloutier.

Scénario

Selon nos informations, le prix de l’édifice serait fixé à 225 000 $. Le scénario actuellement envisagé prévoirait que les Chevaliers verseraient un coût de location au nouveau propriétaire afin d’y maintenir un espace pour ses activités et rencontres, ce qui diminuerait de façon importante les paiements pour l’acquisition de l’édifice.

Parmi les autres organismes qui pourraient éventuellement s’y reloger, le maire a identifié le comptoir vestimentaire.

« Le comptoir vestimentaire est pris dans un sous-sol, ce n’est pas idéal, alors je pense que ça pourrait être intéressant pour eux. Maintenant, il faut avoir d’autres discussions. »

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des