Le projet passe à 625 millions $, construction prévue pour 2014

Mine de phosphore au Lac-à-Paul

Dolbeau-Mistassini – Le chef de la direction de Ressources d’Arianne, M. Bernard Lapointe, a présenté les principales conclusions de l’étude de faisabilité de l’exploitation d’une mine de phosphore et de titane au Lac-à-Paul dans le secteur des Passes-Dangereuses au nord de Saint-Ludger-de-Milot. Le coût de construction de la mine a presque doublé par rapport aux projections de l’étude de préfaisabilité alors que l’on indique que des investissements de 650 millions $ seront nécessaires à échéance, soit au cours de l’année 2014, une fois tous les permis obtenus.

En séance publique d’information sur le projet de Ressources d’Arianne, M. Lapointe a indiqué à la trentaine de personnes présentes à Dolbeau-Mistassini, que l’étude de préfaisabilité confirme que le projet du Lac-à-Paul à une viabilité économique, pouvant être classé comme un projet de classe mondiale. La production moyenne de concentré d’apatite qui pourrait se faire sera de 2 millions de tonnes par année, que la durée de vie de la mine sera de 25 ans à raison d’une extraction de 33 000 tonnes par jour de minerai, avec un taux de récupération de 89% au moulin. Les réserves de minerai prouvées et probables se situent dans deux zones sur un territoire claimé de 260km2.

Voulant présenter un projet minier répondant à des objectifs de développement durable, la direction de Ressources d’Arianne a cherché à connaître les appréhensions et les volontés des résidants et utilisateurs du secteur de la MRC de Maria-Chapdelaine. La construction du moulin, du campement et divers équipement requis à l’exploitation de la mine se fera près de la fosse Paul, en bordure du chemin des Passes. L’hypothèse retenue pour expédier le minerai vers les marchés nord-américains est de le faire transiter par Dolbeau-Mistassini, où on utiliserait le train. Or, les besoins en camionnage du site de la mine vers Dolbeau-Mistassini seront de 60 camions par jour sept jours par semaine sur le Chemin des Passes. Cette situation créée des désagréments aux villégiateurs qui empruntent la route du Chemin des Passes. Ressources d’Arianne entend regarder divers scénarios pouvant conduire à une solution satisfaisante pour le transport du minerai.

On prévoit que 340 emplois directs seront créés lors de l’exploitation de la mine, exploitation qui devrait se faire par une compagnie minière majeure, qui n’a pas encore été identifiée. À l’étape de la réalisation de l’étude d’impact, M. Lapointe indique que son dépôt au BAPE devrait se faire à l’automne 2013, pour le début des travaux de construction à la fin de 2014.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des