Le CSSS Maria-Chapdelaine affiche des investissements de 55 millions $

Le CSSS Maria-Chapdelaine affiche des investissements de 55 millions $
En 2012-2013 le CSSS Maria-Chapdelaine aura injecté 55 millions $ dans l’économie locale.

Dolbeau-Mistassini –Pour l’année financière terminée le 31 mars 2013, le CSSS Maria-Chapdelaine affiche des résultats de 55 081 106$ au niveau des revenus tant d’exploitation que d’immobilisations, alors que les dépenses ont totalisé 54 808 584$.

Les résultats financiers obtenus démontrent par ailleurs que le CSSS présente un déficit d’opération de 82 639$ lorsque l’on tient compte des revenus apportés par la corporation de soutien, qui a contribué pour 230 000$ pour éponger le déficit. Sans cet apport de la corporation, le CSSS aurait présenté un déficit d’opération de 312 639$.

C’est au niveau des salaires et des avantages sociaux que le CSSS présente la majeure partie de ses dépenses avec un total de 50 427 897$ pour l’année s’échelonnant du 1er avril 2012 au 31 mars 2013. L’an dernier, les résultats présentaient des dépenses de 48 559 932$ à ce chapitre. Au total les dépenses d’exploitation ont été de 51 401 299$ alors que les immobilisations ont demandé des déboursés de 3 407 285$.

Fusion obstétrique pédiatrie

La médiation entreprise entre la direction du CSSS et le Syndicat des professionnelles en soins infirmiers et cardiorespiratoires (SPSICR) sur la fusion des départements d’obstétrique et de pédiatrie a été rompue dès qu’amorcée. C’est ce qu’a indiqué la présidente du SPSICR, Mme Pauline Paradis, aux membres du conseil d’administration du CSSS. Devant le refus de la direction de reprendre les discussions sur la décision de fusionner, le syndicat n’entend pas entreprendre une médiation sur le renouvellement des conditions de travail décrétées par les conventions collectives en vigueur.

Pour le directeur général de l’institution, M. Normand Brassard, on se montre ouvert à négocier la façon dont la fusion pourra se réaliser dans le respect des prérogatives de toutes les parties et au bénéfice des clients du CSSS. « Nous n’entendons pas reprendre les discussions sur la décision de fusionner », a conclu M. Brassard.

Partager cet article