Le Cégep de Jonquière rend hommage à Guylaine Potvin

Par Jean-François Desbiens
Le Cégep de Jonquière rend hommage à Guylaine Potvin
La mère de Guylaine Potvin Jeannine Cayouette, sa sœur Karine Potvin et son père Romuald Potvin étaient présents pour l’occasion. (Photo : Trium Média-Jean-François Desbiens)

Une semaine jour pour jour près l’arrestation de son présumé meurtrier, le Cégep de Jonquière a rendu hommage à Guylaine Potvin ce mercredi.

Une plaque commémorative ainsi que des fleurs ont été déposées près d’un arbre de la forêt nourricière en mémoire de la jeune femme qui étudiait en Éducation spécialisée au Cégep de Jonquière, il y a 22 ans.

Des proches et des membres de sa famille étaient présents, des étudiants, des membres du personnel ainsi que des policiers qui ont participé à l’enquête, dont Bruno Cormier.

Le directeur des études de l’institution d’enseignement, Mario Julien, a souligné que l’assassinat de Guylaine Potvin avait traumatisé toute la communauté à l’époque.

« Guylaine était une personne qui mérite amplement cet hommage, qu’on ait à jamais son souvenir dans nos cœurs. Je ne l’ai pas connue, mais on la disait bienveillante, bonne, douce, et à l’écoute des autres. Des qualités qui en auraient fait une excellente éducatrice. Quand l’événement tragique était survenu en 2000, l’ambiance était lourde parce qu’on n’avait pas de réponse à nos multiples questions. La tragédie a marqué à jamais notre institution et la famille de Guylaine. »

Une mère reconnaissante

D’une voix tremblante, secouée par l’émotion, la mère de la jeune femme, Jeannine Caouette, qui était accompagnée de son mari pour l’occasion, a également tenu à s’adresser à la soixantaine de personnes sur place.

« Je suis très reconnaissante de cet hommage. Personne de vous ne l’a oubliée. Elle a fait partie de votre vie. C’est sûr que depuis son nuage en haut, elle nous voit tous et nous envoie de l’amour. »

Mme Caouette a aussi mentionné la qualité du travail des policiers de Saguenay, un excellent travail selon elle qui a permis d’aboutir à une arrestation.

Rappelons que Marc-André Grenon a été officiellement accusé du meurtre au premier degré de Guylaine Potvin et d’agression sexuelle grave.

L’individu de 47 ans, arrêté à Granby, devra aussi répondre d’une accusation de tentative de meurtre et d’agression sexuelle grave sur une autre jeune femme laissée pour morte lors d’un crime similaire survenu à Québec.

La Sûreté du Québec a aussi lancé un appel parce qu’elle croit que l’homme aurait pu faire d’autres victimes.

Partager cet article