L’anxiété chez les jeunes augmente avec la pandémie

Denis Hudon
L’anxiété chez les jeunes augmente avec la pandémie
Alexandre Boudreault est coordonnateur à la Maison de jeunes le Jouvenceau de Dolbeau-Mistassini. Il est à même de constater qu’en ce temps de pandémie, il y a une anxiété grandissante chez les jeunes. (Photo : courtoisie)

Ce qui manque le plus aux jeunes en période de pandémie, c’est de ne pas pouvoir côtoyer leurs amis comme avant. Et plus la crise sanitaire se prolonge, plus l’anxiété est grandissante.

Les maisons de jeunes sont parmi les rares endroits où l’ado peut encore garder un certain contact avec les autres.

Alexandre Boudreault est coordonnateur à la Maison de jeunes le Jouvenceau, alors que seul le local du secteur Mistassini leur est ouvert.

« L’amitié est quelque chose de très important pour les jeunes et la gang d’amis, ça leur manque terriblement. Les conditions exceptionnelles de leur environnement scolaire avec la pandémie augmentent aussi leur stress, surtout lorsque le jeune n’obtient pas les résultats académiques espérés », observe Alexandre Boudreault.

En même temps, celui-ci est impressionné par l’observation à la lettre des consignes sanitaires, autant pour le lavage des mains, la distanciation sociale, le port du masque, la règle de petits groupes à la fois, etc.

« C’est certain que les jeunes vivent de l’insécurité. Avoir un stress avant un examen, on  a tous vécu ça dans notre jeunesse et c’est normal. Mais dans un contexte exceptionnel comme on vit actuellement, les situations propices au déclenchent du stress sont multipliées. »

L’après-pandémie

Tout n’est pas noir ou blanc, Alexandre Boudreault est d’avis que les jeunes vont sortir de cette crise sanitaire grandis, mieux préparés face à l’avenir.

« On le voit déjà, les jeunes ont démontré qu’ils étaient capables de s’adapter. Et j’ai au Jouvenceau une excellente équipe d’intervenants pour les soutenir, les écouter, échanger, faire des activités avec eux. »

Évidemment, avec la COVID-19 qui plane toujours au-dessus de nos têtes, moins de jeunes fréquentent le Jouvenceau. Plusieurs parents préfèrent garder leur jeune à la maison par mesure préventive. Le Jouvenceau utilise aussi les réseaux sociaux pour rejoindre les jeunes.

« On comprend ça aussi, mais c’est très sécuritaire au local. On désinfecte les lieux, on  reçoit les jeunes en très petits groupes et dès que d’autres jeunes arrivent, ils attendent leur tour. »

Le Jouvenceau est ouvert tous les samedis en après-midi et sur semaine de 16h30 jusqu’à une demi-heure avant le couvre-feu.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires