Lac Saint-Jean: crue hâtive ce printemps

Photo de Yohann Harvey Simard
Par Yohann Harvey Simard
Lac Saint-Jean: crue hâtive ce printemps
La crue printanière sera hâtive. Des signes sont déjà visibles sur la rivière Ashuapmushuan. (Photo : Trium Médias - Louis Potvin)

La crue printanière sera hâtive et les risques d’inondations devraient être faibles ce printemps. Ainsi, le lac Saint-Jean pourrait « caler » en avril, ce qui est plutôt rare.

En effet, selon les données consignées sur le site departdesgalces.org, depuis 1916, le lac s’est libéré de ses glaces 9 fois en avril. Et la date la plus hâtive a été enregistrée le 16 avril 1945.

« Les paramètres peuvent changer et il y a beaucoup de variables à évaluer comme le temps doux, la pluie, les nuits froides qui jouent dans l’équation. Jusqu’à maintenant, tout porte à croire que nous allons avoir une crue printanière hâtive et qui laisse présager un débit moins important dans la rivière en raison d’une fonte des neiges constante », mentionne la directrice régionale de la Sécurité publique, Sandra Belzil.

Chez Rio Tinto, qui assure la gestion du niveau du lac Saint-Jean, on avance également que la crue s’est déjà amorcée.

« Le beau temps des derniers jours a accéléré la fonte des neiges. Nous avons noté du ruissèlement plus précoce que d’habitude sur certaines rivières », a indiqué la responsable des communications, Malika Cherry.

En effet, le ruissèlement était à 131 % de la normale la semaine dernière et estimé à 289 % de la normale pour la semaine en cours. Le niveau du lac se situait à plus de 5 pieds le 2 avril.

Moins de neige

Ce n’est pas seulement une impression, il y a eu moins de neige cette année que dans la moyenne.  Selon les observations effectuées par Rio Tinto, le couvert de neige se situait à 85% de la moyenne.

Ce qui pourrait avoir un impact sur le débit des rivières lors de la crue.

Pour ce qui est de l’épaisseur des glaces sur le lac Saint-Jean et les rivières, ni la Sécurité publique ni Rio Tinto ne prennent des mesures.

Donc, impossible de savoir si la glace était moins épaisse cette année en raison de l’hiver clément.

Rappelons qu’un bon indicateur pour déterminer le départ des glaces du lac Saint-Jean, est de calculer environ dix jours après celui de la rivière Ashuapmushuan ou de la Mistassini. L’an dernier, le lac a « calé » le 12 mai.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires