La saison sauvée par le tourisme local et intra-Québec au Centre de villégiature du lac à Jim

Denis Hudon
La saison sauvée par le tourisme local et intra-Québec au Centre de villégiature du lac à Jim
Le camping n’aura jamais été aussi populaire que cet été au lac à Jim. La hausse d’achalandage est spectaculaire. (Photo : courtoisie)

Le Centre de villégiature Lac-à-Jim à Saint-Thomas-Didyme profite du tourisme intra-régional et intra-Québec en cette année de pandémie. Les campagnes du genre Achetez chez nous semblent porter leurs fruits pour ce site géré par la Coop de solidarité en partenariat avec la Municipalité.

« On a jusqu’à maintenant un très bon achalandage en ce qui a trait au camping, à la location de nos chalets et aux visites à notre plage. Le beau temps aide aussi énormément », lance d’entrée de jeu le président Patrice Tremblay.

Le camping a triplé le nombre de saisonniers, passant de 7 à 21, sur une capacité de 50 emplacements pour roulottes et VR. Le site enregistre aussi un bon roulement pour les 10 emplacements réservés aux tentes.

L’hébergement sur place a même vécu des fins de semaine avec un taux d’occupation de 100 %. La moyenne varie de 60 % à 70 % d’occupation.

« La pandémie fait en sorte que les gens de la région sont plus nombreux à venir chez nous et on note aussi une hausse chez les visiteurs de l’extérieur de la région.»

Même que beaucoup de résidents des MRC Maria-Chapdelaine et Domaine-du-Roy qui n’avaient jamais mis les pieds au Lac-à-Jim découvrent cet été le site.

Pour son président, il est fort à parier que cela aura même des retombées positives pour les prochaines années avec un effet d’entraînement. « On a déjà plusieurs réservations pour l’année prochaine. »

Équilibre

L’envers de la médaille avec la pandémie, c’est que la grande salle avec restauration qui comptait dans le passé sur de nombreuses réservations pour des événements, notamment des rassemblements de familles et de quadistes, des mariages, des fêtes, etc. ont été annulés en 2020. C’est un coup dur financièrement, admet son président.

« Il a fallu dans les circonstances réduire notre personnel, qui est passé d’une quinzaine d’employés à sept ou huit. Puis, il y a un coût aux mesures sanitaires. Tout cela mis ensemble, on va quand même s’en sortir pas trop mal ».

Le président Tremblay dit pouvoir compter encore sur Produits forestiers Résolu qui loue des espaces d’hébergement au Lac-à-Jim pour ses travailleurs forestiers.

« Avec des opérations de reboisement de lots forestiers à proximité, au lieu d’aménager un camp pour les travailleurs, ceux-ci sont hébergés chez nous, car ce n’est pas très loin de leurs opérations. Ça nous donne un bon coup de pouce ».

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des