La région est la première à dresser son portrait « numérique »

La région est la première à dresser son portrait « numérique »

FINANCEMENT. Dans le cadre du Plan d’action en économie numérique lancé par le gouvernement du Québec, en mai dernier, la région du Saguenay—Lac-Saint-Jean est la première à véritablement lever la main, ce qui risque de lui conférer un pas d’avance. Grâce à un investissement de 85 000 $ d’Emploi-Québec, un groupe de travail pourra réaliser un diagnostic de l’utilisation des technologies numériques au sein des entreprises de la région et poser ainsi un diagnostic permettant de mettre de l’avant des correctifs appropriés.

Ce vendredi à Alma, le ministre de l’Emploi et de la Solidarité sociale et ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale, François Blais, accompagné de l’adjoint parlementaire du premier ministre pour la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean et député de Dubuc, Serge Simard, a procédé à cette annonce liée à l’intégration du numérique dans les entreprises de la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean.

Accompagnés du président du Groupe de travail sur le numérique, Dave Gosselin, et de la présidente de la Chambre de commerce et d’industrie Lac-Saint-Jean-Est, Marie Gagnon, le ministre Blais reconnait que la démarche de la région nous place un pas en avance sur le reste du Québec alors que l’on pourra ainsi appuyer notre travail sur des données récentes.

« L’intégration des technologies numériques est essentielle pour améliorer la performance des entreprises et encourager l’innovation. Il est toutefois primordial d’évaluer ses effets sur les besoins de main-d’œuvre et les compétences recherchées pour s’assurer que l’offre de formation est en adéquation avec les besoins des employeurs », a précisé François Blais.

Portrait

Cette annonce résulte directement du Sommet économique régional de 2015, mais surtout du travail effectué en coulisses de la par le groupe de travail sur le numérique, présidé par Dave Gosselin.

La Chambre de commerce et d’industrie de Lac-Saint-Jean a pour sa part accepté de coordonner la réalisation de ce diagnostic régional.

La firme Segma Recherche et le CEFRIO mèneront donc une enquête téléphonique auprès de 500 entreprises et 100 travailleurs autonomes en plus de réaliser des groupes de discussion.

Le choix de ces entreprises et travailleurs autonomes respectera la répartition géographique et de champs d’intérêt où les technologies numériques sont présentes.

« Pour moi, un robot dans une grande entreprise ou un robot de traite dans une ferme laitière, c’est de la technologie numérique », affirme Dave Gosselin pour bien illustrer l’ampleur de la tâche.

Son comité entend s’y attaquer rapidement pour être en mesure de livrer d’ici quelque six mois un rapport final dressant précisément le portrait de la région.

« Je suis heureux que la région se positionne avantageusement sur le plan national grâce aux efforts du groupe de travail issu du Sommet économique du Saguenay–Lac-Saint-Jean. Lors de cet événement, le développement du secteur numérique a été ciblé comme l’un des défis que doivent relever les entreprises de la région. Le portrait réalisé permettra de préciser les besoins et les défis des entreprises face à l’intégration des technologies numériques », soutient pour sa part Serge Simard.

La situation des entreprises de la région au regard de l’utilisation du numérique est variable. Pour certaines, un rattrapage sur ce plan s’impose. Pour d’autres, il s’agit d’être plus performant dans l’utilisation d’outils pour la gestion des fonctions de leur organisation telles que les finances, les ressources humaines ou le marketing. L’acquisition et le développement de ces compétences sont nécessaires pour poursuivre la progression numérique dans les entreprises et, à terme, favoriser leur croissance.

Partager cet article