La plateforme de compostage d’Hébertville-Station bientôt en fonction

Janick Emond
La plateforme de compostage d’Hébertville-Station bientôt en fonction
D’ici la mi-août, la nouvelle plateforme de compostage d’Hébertville-Station devrait recevoir sa première collecte. (Photo : courtoisie)

La plateforme de compostage d’Hébertville-Station de la Régie des matières résiduelles du Lac-Saint-Jean (RMR) sera bientôt en fonction. D’ici la mi-août, une première collecte de matières organiques devrait pouvoir y être déchargée.

Rappelons qu’on retrouvera deux plateformes de compostage au Lac-Saint-Jean. Une est déjà en activité depuis octobre 2020 à Dolbeau-Mistassini.

« Pour Hébertville-Station, les travaux vont de bon train. On est vraiment satisfait du déroulement de ceux-ci. Tout avance selon l’échéancier, aucun retard n’a été accumulé », commente le préfet et président du conseil d’administration de la RMR, André Paradis.

Les coûts pour la construction de ce nouveau centre de compostage à Hébertville-Station sont évalués à 4 790 000 $.

La nouvelle plateforme, d’une capacité de 10 800 tonnes par année, servira aux collectes de la MRC Lac-Saint-Jean-Est, mais également à celles de la MRC du Fjord-du-Saguenay.

Au total, les deux plateformes de compostage au Lac-Saint-Jean cumulent une capacité de 18 600 tonnes de matières organiques.

« L’objectif est donc de détourner 17 000 tonnes annuellement de matières organiques de l’enfouissement. Mais évidemment, ça va dépendre de la participation de la population. »

Résultats

Bientôt un an après le début des collectes de matières organiques au site de Dolbeau-Mistassini, la RMR est satisfaite des résultats. Tranquillement, la population se sert de plus en plus de son bac brun.

« On a connu un départ lent, comme nous nous y attendions, mais on voit une belle progression. Ça avance à une vitesse que l’on juge satisfaisante pour le moment. Jusqu’à maintenant, on a 6 023 tonnes de matières reçues, pour le Lac-Saint-Jean seulement. »

Mauvaise utilisation

Il reste cependant encore beaucoup de travail de sensibilisation à faire auprès de la population. La RMR souhaite inciter les citoyens à utiliser davantage leur bac brun, mais surtout à s’en servir de la bonne façon.

Encore aujourd’hui, plusieurs y jettent des matières qui ne sont pas compostables.

« On a encore un problème au niveau du tri, puisqu’on retrouve beaucoup de verre, comme des bouteilles. Et ça, on n’en veut pas dans le composte, puisque ça peut casser et passer au travers le tamis et contaminer le composte, que nous ne pouvons plus utiliser. On retrouve encore beaucoup de plastique aussi. »

Partager cet article