La concentration inquiète, on s'interroge sur la finalité

Vente de terres agricoles

Dolbeau-Mistassini – Que ce soit à Girardville, Albanel, Saint-Edmond-les-Plaines, Normandin, Saint-Méthode, La Doré, Péribonka et Notre-Dame-de-Lorette, un homme d’affaires dont la place d’affaires est située à Saint-Félicien (Saint-Méthode), M. Éric Dubé, achète depuis maintenant plus d’un an des terres agricoles réalisant ainsi une concentration de propriétés qui suscite plusieurs inquiétudes tant chez les élus que chez les agriculteurs.

Pour un, le préfet de la MRC de Maria-Chapdelaine, M. Jean-Pierre Boivin, ce processus d’acquisition de terres par un seul acheteur suscite beaucoup d’interrogations puisque l’on ne connait pas la finalité de l’opération. Selon les informations véhiculées la semaine dernière par Radio-Canada, c’est la Banque Nationale, via un fonds spécial, qui financerait l’homme d’affaires qui achète des terres agricoles non par pour les fermer, mais pour les opérer.

Le préfet Jean-Pierre Boivin précise par ailleurs que l’on ne sait pas si ces acquisitions s’inscrivent dans un processus de prise de contrôle de la production agricole en région ou encore pour le compte d’étrangers à la recherche de terres.

Conséquences

« Si l’opération est tout à fait légale, elle présente des conséquences quant au mode de fonctionnement et d’opération des pratiques agricoles ici », déclare M. Boivin. Prenant exemple sur la location de terres servant au pacage d’animaux de boucherie, M. Boivin souligne que le fait qu’un seul propriétaire possède maintenant des terres qui servaient au pacage cela vient contribuer à la pénurie de terres pour ce faire. Le nouveau propriétaire change la vocation des terres acquises ou encore augmente le prix de location.

À Péribonka, où Éric Dubé a acquis une terre servant à la production de patates, cela suscite chez les actionnaires de la coopérative de producteurs beaucoup d’inquiétudes. Le fait que le nouveau propriétaire possède des moyens financiers importants, qu’il aurait fait part de son intention d’augmenter considérablement sa production, cela met en péril le fonctionnement coopératif. De plus, en inondant le marché des pommes de terre, cela pourrait affecter tant la qualité du produit de Péribonka que le prix de la denrée.

Dans certaines municipalités, la concentration des terres fait en sorte que des rangs au complet peuvent devenir propriété d’un seul acquéreur. Cette situation amène des pressions supplémentaires tant sur la hausse du prix des terres qu’au niveau politique sur la desserte de services et la concentration de la valeur foncière.

Des élus municipaux ont par ailleurs tenté de connaître les motivations du promoteur Éric Dubé. Ce dernier aurait répondu qu’en acquérant des terres il voulait contribuer au développement économique du milieu en opérant ces terres à des fins agricoles.

Le Journal Nouvelles Hebdo, un média de Transcontinental.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires