La Bibliothèque prête maintenant des semences bio

Photo de Serge Tremblay
Par Serge Tremblay
La Bibliothèque prête maintenant des semences bio
Pierre-Olivier Lussier, conseiller municipal, Pauline Lapointe, directrice de la Bibliothèque, Marilyn Maltais, chargée de projet à la SGE, et David Duchesne, directeur général à la SGE, espèrent que la population s’appropriera le projet de partage de semences lancé à la Bibliothèque municipale. (Photo : Trium Médias - Serge Tremblay)

La Bibliothèque municipale de Dolbeau-Mistassini élargit son offre de services. Il est maintenant possible d’y emprunter des semences pour son potager, une initiative visant à promouvoir les saines habitudes de vie dans un esprit de partage.
Né d’une collaboration avec la Société de gestion environnementale (SGE), ce projet met à la disposition du public les semences certifiées biologiques d’une trentaine de variétés de légumes, fines herbes et autres végétaux.
Les membres de la Bibliothèque pourront obtenir gratuitement des semences en consultant le catalogue sur place et en se rendant au comptoir des prêts. Une fois la saison de récolte terminée, ces mêmes personnes seront invitées à récupérer et à faire sécher des semences en provenance des plantes cultivées et à les ramener à la Bibliothèque pour reconstituer la banque de semences.
« Mon souhait est que les gens se donnent rendez-vous à la bibliothèque pour s’échanger des semences, se donner des trucs, etc. Ce serait intéressant de partir une petite communauté de jardinage autour de ce projet », lance Pauline Lapointe, directrice à la Bibliothèque.
Un atelier sur la conservation des semences sera offert le 27 avril, à 13h30, à la Bibliothèque. L’institution possède également de nombreux livres disponibles en prêt concernant le jardinage.
Génétique
Si le projet se déroule comme voulu, la bibliothèque de semences aura, à petite échelle, un impact positif sur le patrimoine horticole local. Les semences utilisées dans les jardins pourront ensuite être récoltées et remises dans la banque. Elles acquerront des caractéristiques qui correspondent au climat du haut du lac.
« Nous ne proposons que des variétés ancestrales, ce qui va un peu à l’encontre des grandes tendances à l’international où on en est venu à générer un filtre sur la génétique des plantes. En valorisant les semences ancestrales et avec la sélection naturelle qui va s’opérer, on va diversifier le pool génétique de nos variétés », explique David Duchesne, directeur général à la SGE.
Mobiliser
Pour aller un peu plus loin, la SGE espère pouvoir impliquer des acteurs déjà engagés dans le jardinage, comme les Jardins de la Trappe par exemple, afin qu’ils se joignent au projet.
La population est également invitée à se rendre au jardin collectif de la Pointe-des-Pères et de mettre la main à la terre pour contribuer à cultiver l’endroit.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des