Jean-Pierre Boivin déplore la sortie du Forestier en chef sur le caribou forestier

Jean-Pierre Boivin déplore la sortie du Forestier en chef sur le caribou forestier
Le Forestier en chef

FORÊT. Le préfet de la MRC de Maria-Chapdelaine, Jean-Pierre Boivin, est fort déçu de voir le Forestier en chef du Québec, Gérard Szaraz, s’immiscer dans le débat entourant le caribou forestier.

Gérard Szaraz a en effet fait irruption dans ce dossier en affirmant que la survie du caribou forestier est menacée si les méthodes d’exploitation de la forêt boréale ne changent pas. Le taux de perturbation des forêts serait actuellement trop élevé pour assurer la pérennité de l’espèce, notamment au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Pour le préfet Jean-Pierre Boivin, il s’agit d’une tuile de plus dans un dossier sensible. « C’est très décevant, surtout que le Forestier en chef n’avait jamais fait de sortie. Le Forestier en chef jouit d’une grande crédibilité et cette sortie donne des munitions aux activistes », mentionne-t-il.

Le préfet Boivin soutient que le rôle du Forestier en chef est d’évaluer les possibilités forestières, pas d’émettre une opinion sur la survie du caribou forestier. « Ce n’est pas son mandat. On va demander au ministre Lessard de le ramener à l’ordre. On a déjà assez de misère comme ça », laisse-t-il tomber.

Directeur général à la MRC de Maria-Chapdelaine, Marc Dubé affirme par ailleurs que les données scientifiques sont actuellement insuffisantes pour tirer de tels constats. « Le Forestier en chef doit s’appuyer sur des bases scientifiques. Actuellement, il y a consensus scientifique sur le fait qu’il y a insuffisance de données. M. Szaraz aura à justifier ses conclusions », a-t-il commenté. —S.T.

Partager cet article