Fusion des écoles secondaires de Dolbeau-Mistassini : le projet à l’étude, mais pas pour bientôt

Fusion des écoles secondaires de Dolbeau-Mistassini : le projet à l’étude, mais pas pour bientôt
L'École secondaire Des Chutes.

ÉDUCATION. La Commission scolaire du Pays-des-Bleuets évalue toujours la possibilité de fusionner ses deux écoles secondaires situées à Dolbeau-Mistassini. On se donne toutefois le temps d’approfondir la réflexion, puisqu’il serait étonnant qu’on enclenche le processus avant l’année scolaire 2019-2020.

La possibilité de fusionner les actes d’établissement de l’École secondaire Des Chutes et de la polyvalente Jean-Dolbeau, ce qui inclut l’école alternative Le Tournant, avait été avancée plus tôt cette année. La présidente de la Commission scolaire, Brigitte Gagné, avait alors indiqué qu’il pourrait y avoir plusieurs avantages à le faire, notamment du point de vue des services pédagogiques.

« C’est une décision qui n’est pas encore prise, précise le directeur général de la Commission scolaire du Pays-des-Bleuets, Sylvain Ouellet. Nous avons demandé aux directions et aux conseils d’établissement d’étudier les opportunités et d’évaluer comment nos établissements pourraient être davantage complémentaires. C’est une recherche qui va se faire cette année. »

En principe, une fusion des deux écoles revêtirait un caractère qui est davantage administratif. Il serait par la suite plus aisé de mettre en place une meilleure continuité dans certains projets éducatifs.

« On a déjà reçu des questionnements de la part de parents du secteur qui auraient aimé que les projets éducatifs puissent se poursuivre. Par exemple, on a un programme d’arts de la scène du côté du secteur Mistassini qui ne se poursuit pas une fois les élèves arrivés à Jean-Dolbeau. On a une occasion de se rapprocher et de mettre en place un projet éducatif commun et complémentaire. C’est ce qu’on doit regarder », mentionne Sylvain Ouellet.

Ce dernier ajoute que même si la réflexion sera menée pendant l’année scolaire qui débutera bientôt, il n’est pas question de se précipiter. « Un rapport devrait être déposé autour du mois de février. Si on décidait de procéder à une fusion, ce ne serait pas au cours de l’année 2018-2019, mais plutôt pour 2019-2020 », souligne-t-il.

 

Partager cet article