Fermeture de l’hémato-oncologie à l’hôpital de Dolbeau-Mistassini

Photo de Serge Tremblay
Par Serge Tremblay
Fermeture de l’hémato-oncologie à l’hôpital de Dolbeau-Mistassini
(Photo : Trium Médias - Serge Tremblay)

Le CIUSSS du Saguenay-Lac-Saint-Jean fermera le département d’hémato-oncologie de l’hôpital de Dolbeau-Mistassini pour une période indéterminée à compter du 28 mai.

« Le service d’hémato-oncologie sera effectivement interrompu à compter du 28 mai prochain, et ce, pour la période estivale, en raison d’un manque important de ressources. Nous sommes sensibles au fait que cette décision puisse créer de l’incertitude, mais notre volonté est de rouvrir le service le plus rapidement possible dans un contexte ou l’accès à de la main-d’oeuvre est très difficile. Notons que le service d’infirmière pivot en oncologie n’est pas touché par cette mesure et demeure en place », précise Pierre-Alexandre Maltais, conseiller-cadre aux communications et aux relations avec les médias pour le CIUSSS.

De son côté, le maire de Dolbeau-Mistassini, Pascal Cloutier, confirme avoir été mis au fait de l’intention du CIUSSS et ne cache pas son irritation. D’autant plus que c’est un scénario qui semble se répéter d’année ne année.

« Moi, je ne peux pas accepter ça et le milieu ne peut pas l’accepter non plus. Je comprends que la pénurie de main-d’oeuvre est un facteur, mais le fait que toute la région soit gérée comme un gros hôpital n’aide pas. Localement, on a des gens qui sont là et qui seraient prêts à regarder s’il y a des choses que l’on peut faire, quitte à n’offrir qu’un service partiel. Le fait d’être trop loin des centres décisionnels, ça nous nuit », a-t-il fait valoir.

Près d’une cinquantaine de patients seront touchés par cette interruption de service et devront recevoir les soins dont ils ont besoin dans un autre établissement, soit à Roberval ou Alma.

« Ce qui me déplait, c’est que l’on parle d’une fermeture indéterminée, on n’a pas de date. Dans mon ancienne vie syndicale, j’ai passé par une fermeture indéterminée (celle de la papetière de Dolbeau-Mistassini) et ce n’est pas un mot qu’on aime entendre. Il faudrait au moins que l’on ait des dates. »

 

 

Partager cet article