Explosion des ventes dans les véhicules récréatifs

Janick Emond
Explosion des ventes dans les véhicules récréatifs
Chez Formule JRE, on connaît le plus gros printemps en 25 ans dans le domaine des véhicules récréatifs. (Photo : Trium Médias - Serge Tremblay)

La vente de véhicules récréatifs a explosé ce printemps au Lac-Saint-Jean. En raison de l’annulation de la grande majorité des activités de l’été 2020, nombreux sont ceux qui se sont tournés vers ce type de véhicules.

Chez Formule JRE à Dolbeau-Mistassini, ça s’annonce comme l’un des plus gros printemps depuis 25 ans, selon le président-directeur général, Jean-René Perron.

« Dans le bateau et le ponton, par rapport à l’an dernier, il y a une augmentation de certainement 80 %. En motomarine, c’est une hausse d’environ 25 %. Pour les côtes à côtes, c’est une augmentation de 50 % et pour les VTT, c’est environ 25 % », indique-t-il.

Jean-René Perron mentionne également avoir remarqué que plusieurs clients achètent un véhicule récréatif pour la première fois.

« Il y a beaucoup de gens qui achètent pour la première fois. Plus qu’à l’habitude. Ce que les gens nous disent, et ce qu’on remarque aussi, c’est qu’il y en a plusieurs qui devaient aller dans le sud ou en voyage cet été ou dans la prochaine année, mais ils ont évidemment annulé leur voyage. Ils essaient donc de compenser dans quelque chose de familial et de récréatif, donc ils viennent ici s’acheter un VTT ou encore un bateau. »

Le commerce n’avait jamais vu venir une telle vague de clients. Depuis quelques jours, Formule JRE commence à manquer d’inventaire pour répondre à la demande.

« Je devrais recevoir à nouveau du stock, mais seulement en juillet ou août. »

Chez Gobeil Équipements, Yan Laprise affirme que le niveau des ventes fait en sorte qu’il est très difficile de maintenir un inventaire.

Gobeil Équipements

Le constat est semblable chez Gobeil Équipements. Une augmentation marquée des ventes est remarquée, de l’ordre d’environ 30 %.

« Nous, ici, on le remarque dans la vente de pièces », souligne le propriétaire, Yan Laprise.

Le commerce n’avait pas vu venir cette vague de clients. Aujourd’hui, la salle de montre est vide et l’inventaire est très bas.

« On ne l’avait pas vu venir, mais on s’en doutait. Le 5 000 $ que le monde ne dépensera pas en vacances, ils le remettent dans les véhicules récréatifs. On voit du monde acheter à coup de deux et trois motos, même chose en VTT. Les gens veulent partir ensemble se promener dans le bois ou sur la route. »

Yan Laprise ne sait pas si le commerce sera en mesure de remplir l’inventaire au cours de l’été.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des