Étude sur le logement : Des constats s’imposent 

Serge Tremblay
Étude sur le logement : Des constats s’imposent 
Marion Barraut-Charles, conseillère en développement social à la MRC de Maria-Chapdelaine, explique que le milieu sociocommunautaire est mobilisé derrière les enjeux de logement, notamment pour les plus vulnérables.

La MRC de Maria-Chapdelaine se prépare à lancer une étude pour documenter la pénurie de logements dans le milieu. Les plus vulnérables ne seront pas oubliés dans cette analyse, assure-t-on. 

Une rencontre a d’ailleurs été tenue la semaine dernière avec divers représentants d’organismes communautaires de la MRC. Le but était de faire le point sur la situation afin de lancer l’étude sur de bonnes bases. 

« On souhaitait faire un état de situation avec les organismes des milieux social et communautaire. Ça fait longtemps que ces gens-là sont au fait qu’il est difficile pour les plus vulnérables d’avoir accès au logement. C’était d’ailleurs déjà une préoccupation dans l’ancienne politique de développement social. La situation s’empire et il nous fallait prendre le pouls des acteurs qui sont sur le terrain », explique Marion Barraut-Charles, conseillère en développement social à la MRC de Maria-Chapdelaine. 

Constats 

Parmi les constats qui sont ressortis de cette rencontre, l’absence d’un lieu adéquat de <@Ri>drop-in<@$p> a été noté. Aussi, le fait que plusieurs propriétaires d’immeuble soient sur leur garde face aux clientèles vulnérables est un incontournable. 

« Il y a bien sûr des propriétaires qui trouvent qu’ils n’ont pas beaucoup de leviers pour se défendre si ça ne va pas bien et qui sont donc plus frileux. Certains se sentent pris en otage et dans un contexte où beaucoup de gens cherchent un logement, il est facile de louer. » 

Il faut bien le dire, certains propriétaires se sont aussi brûlés en ayant vécu de mauvaises expériences dans le passé. Et chat échaudé craint l’eau froide… Malgré tout, il y en a toujours qui ont l’ouverture nécessaire pour faire une place aux plus vulnérables. 

« C’est une des forces que nous avons encore chez nous. Il y a beaucoup de propriétaires uniques avec qui on est capable de discuter et qui collaborent. Quand ce sont de grands groupes qui possèdent beaucoup d’immeubles, comme dans les grands centres, c’est beaucoup plus difficile », fait d’ailleurs remarquer Kira Tremblay, travailleuse de rue chez Toxic-Actions. 

On note toutefois que le coût des loyers est en forte hausse dans une localité comme Dolbeau-Mistassini, ce qui se traduit par une plus grande difficulté d’accès au logement.  

Étude 

L’étude sur la pénurie de logements qui sera pilotée par la firme Léger Marketing devrait s’amorcer cette semaine, ou sinon, de façon imminente. Les résultats devraient être connus au cours de l’été en vue de tracer un plan d’action. 

Un comité sera d’ailleurs créé afin de suivre de près ce dossier et pour s’assurer qu’il y aura bel et bien des suites. 

Partager cet article