Élection fédérale dans Lac-Saint-Jean : les candidats débattent

Photo de Serge Tremblay
Par Serge Tremblay
Élection fédérale dans Lac-Saint-Jean :  les candidats débattent
Marjolaine Étienne, Serge Bergeron et Alexis Brunelle-Duceppe. (Photo : Trium Médias - Serge Tremblay)

C’était soir de débat dans la circonscription de Lac-Saint-Jean. Trois des cinq candidats en lice se sont prêtés au jeu pour faire valoir leurs propositions : Serge Bergeron, Alexis Brunelle-Duceppe et Marjolaine Étienne.

Difficile de résumer l’ensemble des échanges, mais voici quelques éléments qui sont ressortis en cours de soirée.

Serge Bergeron

Le candidat du Parti conservateur du Canada, Serge Bergeron, s’est appuyé sur sa longue expérience dans le milieu de l’éducation.

« Être en éducation, c’est servir. J’ai travaillé à améliorer et donner la meilleure qualité de service possible et je vais conserver cette même philosophie. », a-t-il fait valoir.

Ses thèmes de prédilections étaient ceux qui s’articulaient autour du développement régional et de la nécessité de trouver des alternatives pour faire échec au vieillissement de la population.

« Nous avons besoin de moteurs économiques forts et il y a beaucoup à faire dans le contexte démographique qui est le nôtre. »

Serge Bergeron estime que le comté a besoin d’un député qui s’inscrira dans une dynamique d’innovation qui allie développement et réduction de l’empreinte carbone.

Alexis Brunelle-Duceppe

Le député sortant et candidat du Bloc québécois, Alexis Brunelle-Duceppe, s’est pour sa part appuyé sur son bilan des deux dernières années.

« J’ai un bilan par rapport à mes engagements passés. Avec mon équipe, on s’est engagé en matière de forêt et d’aluminium et on a livré. Le Bloc aura la balance du pouvoir, le gouvernement, quel qu’il soit, sera minoritaire et vous aurez une voix avec le Bloc. »

Alexis Brunelle-Duceppe a en effet rappelé que les efforts déployés par le Bloc ont permis de faire changer les dispositions de l’ACÉUM en lien avec l’aluminium. Il a en outre décoché une flèche à l’endroit du député conservateur Richard Martel qui n’a jamais siégé sur le comité sur l’Aluminium en dépit de maintes invitations.

En matière d’immigration, Alexis Brunelle-Duceppe a réitéré à plusieurs reprises qu’il serait plus simple et efficace de déléguer les compétences au gouvernement du Québec pour accélérer les processus qui permettent aux entreprises d’attirer de la main-d’oeuvre étrangère.

Marjolaine Étienne

C’est sans contredit sur la question des relations avec les peuples autochtones que Marjolaine Étienne, la candidate du Parti libéral du Canada, s’est démarquée. Elle est alors sortie des réponses qu’elle avait préparées pour parler avec aplomb.

« C’est avec émotion que je parle des relations autochtones, qui sont parfois tendues sur le plan politique. Nous sommes en 2021, il  faut amorcer un réel dialogue, mais plus qu’un dialogue, il faut des actions concrètes. Une réconciliation est un processus de A à B avec des étapes à mener et ce sont ces étapes qui vont nous permettre d’atteindre cette réconciliation. »

Elle a en outre avancé une piste de réflexion en matière d’immigration. Reconnaissant qu’il y a place à faire des efforts pour alléger les processus, elle estime cependant qu’il faut faire une place aux jeunes autochtones pour faire échec à la pénurie de main-d’oeuvre.

« Je lance un message à la collaboration, il faut l’implication des jeunes autochtones en réponse aux besoins du marché du travail. »

Le candidat du Nouveau parti démocratique, Mathieu Chambers, et la candidate du Parti vert du Canada, Annie Thibeault, ont décliné l’invitation au débat.

Partager cet article