Du pain sur la planche pour les ébénisteries

Denis Hudon
Du pain sur la planche pour les ébénisteries
Alain Dufour et Martin Gaudreault des Cuisines GBM parlent d’une bonne année pour leur entreprise malgré la pandémie. (Photo : courtoisie)

Les entreprises d’ébénisterie ne manquent pas d’ouvrage avec la pandémie et en ce début d’année 2021, c’est pour plusieurs encore plus intense.

Beaucoup de particuliers ont décidé de profiter de cette pause pandémique pour faire des rénovations.

« C’est vrai qu’il n’y a pas eu de ralentissement en 2020 et même qu’en janvier et février cette année, c’est plus intense encore », dit Frédéric Desgagné, copropriétaire avec son cousin Sébastien Desgagné des Entreprises BSF de Roberval.

Il parle d’une croissance annuelle de son entreprise de l’ordre de 4 % à 10 %. Le carnet de commandes de l’entreprise est toujours bien rempli.

« J’ai toujours eu de la demande et c’est le bouche-à-oreille qui fait marcher l’entreprise. On mise sur la qualité de nos produits et le service plutôt que sur la quantité. C’est un fait cependant que dans le résidentiel, c’est plus fort qu’à l’habitude et dans le commercial ça se maintient pas mal ».

Cuisines GBM

Chez Cuisines GBM, avec son atelier d’ébénisterie à Girardville et sa salle de montre à Saint-Félicien, Martin Gaudreault avoue que la pandémie a touché positivement son entreprise qu’il codirige avec Alain Dufour.

Martin Gaudreault estime que la demande a augmenté de l’ordre de 25 % dans le résidentiel au cours des cinq dernières années.

« On marche un peu sur des œufs en ce moment pour livrer dans les meilleurs temps aux clients. On les avise dès le départ que ça peut prendre jusqu’à six semaines ».

Mais une chose que Martin Gaudreault n’aurait jamais pu imaginer, c’est de vivre un jour une pénurie de vis pour l’assemblage de ses pièces de bois. « Bien, c’est arrivé », raconte-t-il en gardant le sourire.

Ébénisterie PTM

Sonia Dufour d’Ébénisterie Déco PTM à Dolbeau-Mistassini, copropriétaire avec Pierre Tremblay, dit s’en tirer pas si mal avec la pandémie. C’est même très bon chez la clientèle des particuliers, en hausse dit-elle de l’ordre de 20 % dans la dernière année. Il y a eu toutefois un ralentissement dans le secteur commercial, particulièrement à cause de l’interdiction de livrer dans les réserves autochtones, une clientèle naturelle pour l’entreprise.

Là aussi, la préoccupation des délais est bien réelle, même si cela s’est amélioré dans les derniers temps.

« On a de beaux contrats pour le printemps et il y a beaucoup de maisons neuves en construction, surtout dans le secteur de Domaine-du-Roy. Je m’attends à une bonne année 2021 », conclut Sonia Dufour.

Partager cet article