Dolbeau-Mistassini veut des soins de santé décentralisés

Serge Tremblay
Dolbeau-Mistassini veut des soins de santé décentralisés
Les élus ont adopté une résolution en appui aux revendications du Regroupement québécois des médecins pour la décentralisation des soins de santé, qui veut que les décisions des établissements soient plus près de la réalité terrain. (Photo : Trium Médias - Serge Tremblay)

Dolbeau-Mistassini apporte son appui au Regroupement québécois des médecins pour la décentralisation des soins de santé, qui vise à combattre l’hypercentralisation du système de santé.

Le milieu est bien placé pour témoigner des impacts de la réforme qui a mené à la création du CIUSSS du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Les leviers décisionnels se sont déplacés vers Saguenay, laissant peu d’espace localement pour prendre des décisions.

Le Regroupement québécois des médecins pour la décentralisation des soins de santé, formé de près de 700 médecins, revendique quelques solutions simples et peu coûteuses susceptibles d’améliorer la capacité des hôpitaux locaux à mieux répondre aux besoins de la population.

On propose le rétablissement d’un poste d’administrateur local et d’un directeur des services professionnels (DSP), d’un Conseil des médecins, dentistes et pharmaciens ainsi que d’une table des chefs de département, et ce, dans chaque centre hospitalier.

L’un des arguments clés du Regroupement est qu’il faut des gens qui connaissent la réalité terrain précise d’un établissement pour prendre les meilleures décisions le plus rapidement possible.

Appui

Les élus de Dolbeau-Mistassini ont adopté une résolution afin d’appuyer cette démarche pour que chaque centre hospitalier puisse se réapproprier une gouvernance plus locale.

« La centralisation est l’une des grosses critiques à l’endroit de la réforme Barrette. Le but, c’est de ramener des pouvoirs décisionnels vers nos établissements. On connaît la situation chez nous avec les découvertures de services, mais ce n’est pas unique à notre hôpital, c’est comme ça partout au Québec », souligne le maire, Pascal Cloutier.

Celui-ci estime qu’une gouvernance plus locale ne règlerait naturellement pas tous les problèmes, mais serait appréciée de la part du milieu.

« On a une très bonne communication avec la direction du CIUSSS et il faut le dire, beaucoup d’efforts sont faits pour améliorer la situation. Mais ramener des pouvoirs décisionnels chez nous, ça ne peut pas nuire. »

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires