Des travaux de plus de 500 000 $ au Centre de l’audition et acouphène

Photo de dhudon
Par dhudon
Des travaux de plus de 500 000 $ au Centre de l’audition et acouphène
Les travaux amorcés ces dernières semaines au Centre de l’audition et acouphène, sur la rue des Pins, s’étaleront jusqu’à l’automne. (Photo : Trium Médias - Denis Hudon)

Le Centre de l’audition et acouphène de Dolbeau-Mistassini investit un peu plus d’un demi-million de dollars dans l’agrandissement de ses locaux, sur la rue des Pins. Les travaux en cours depuis ce printemps devraient se terminer à la fin de l’automne.

En plus de l’agrandissement de la partie au rez-de-chaussée pour la clientèle avec deux bureaux de consultation, l’ajout d’un étage permettra d’accueillir les bureaux administratifs. Le revêtement extérieur viendra harmoniser le coup d’œil à l’ensemble de l’édifice.

« C’est un investissement majeur. Nous avons une augmentation de notre clientèle et la relation avec la population est très bonne. On stabilise par le fait même les emplois », dit Olivier Desautels, propriétaire associé au sein du Groupe Forget Audioprothésistes, qui compte neuf cliniques au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

La clinique comprend trois groupes de professionnels : le Groupe Forget, la Clinique d’audiologie Audiosanté et la clinique d’ORL.

Avec ces travaux, le Centre de l’audition et acouphène double à toutes fins utiles sa superficie de plancher, qui passe de l’ordre de 2 300 pieds carrés à quelque 4 500 pieds carrés.

Clientèle diversifiée

Si la clientèle régulière est souvent des personnes de 60 ans et plus, Olivier Desautels mentionne que beaucoup de travailleurs dans la quarantaine, voire la cinquante, consultent de plus en plus pour des problèmes auditifs.

« Plus ça va, on remarque aussi davantage de parents qui consultent pour leur enfant. Les gens sont plus sensibilisés qu’autrefois et consultent soit pour des problèmes auditifs de leurs jeunes ou simplement à titre préventif. »

Au chapitre du recrutement de la main-d’œuvre, Olivier Desautels mentionne que ses équipes s’en tirent passablement bien. Même que beaucoup parmi les personnes recrutées sont issues de leur milieu d’origine.

Plusieurs jeunes intègrent régulièrement les équipes. Par exemple, la clinique de Dolbeau-Mistassini compte depuis peu deux nouvelles figures, qui proviennent de l’endroit.

« C’est certain qu’il y a un enjeu important de main-d’œuvre. Je crois aussi qu’avec notre rayonnement partout dans la région, ça aide à attirer des candidatures », conclut Olivier Desautels.

Partager cet article