Décentralisation de fonctionnaires vers Alma : une décision qui ne passe pas

Photo de Serge Tremblay
Par Serge Tremblay
Décentralisation de fonctionnaires vers Alma : une décision qui ne passe pas
Le préfet Luc Simard. (Photo : Trium Médias - Serge Tremblay)

Les élus de la MRC de Maria-Chapdelaine sont furieux de constater que la décentralisation de postes de fonctionnaire promise par le gouvernement de la CAQ s’opère vers Alma. Une véritable gifle au visage, dénoncent le préfet Luc Simard et le maire André Guy.

Alma a en effet été ciblée afin de recevoir l’un des 15 bureaux gouvernementaux partagés (BGP) qui accueilleront des postes de fonctionnaire qui seront décentralisés vers les régions. Une décision qui a de quoi surprendre les élus, puisque les critères ne laissaient pas présager qu’Alma serait sélectionnée.

« Le gouvernement avait annoncé ses critères, des critères neutres comme l’indice de dévitalisation. Je me suis dit, ça y’est, on va avoir un bureau gouvernemental partagé chez nous. Mais non, on l’envoie plutôt à Alma. On met en place des critères et on les bafoue! Moi, je digère très mal cette décision », laisse tomber le préfet de la MRC de Maria-Chapdelaine, Luc Simard.

Il faut dire que ce n’est pas d’hier que le milieu réclame davantage de postes gouvernementaux. Les élus ont maintes fois, au fil des ans, fait valoir que le territoire de Maria-Chapdelaine était constamment désavantagé.

« Le bureau du forestier en chef est à Roberval alors que nous avons ici le plus grand parterre de coupe au Québec. 90% de notre territoire est situé dans le territoire du Plan Nord, incluant les trois seules municipalités de la région à y être, et le bureau n’est pas chez nous. On avait une opportunité de régler une injustice et de faire un pas dans la bonne direction, mais c’est raté. »

Le maire André Guy. (Photo Ville de Dolbeau-Mistassini)

Décision politique?

Des propos qui trouvent écho auprès du maire de Dolbeau-Mistassini, André Guy, pour qui la décision du gouvernement est très difficile à avaler.

« Est-ce qu’au gouvernement, on pense que quelqu’un va s’installer avec sa famille à Dolbeau-Mistassini pour faire une heure de route pour aller travailler à Alma? C’est une décision purement politique qui ne respecte pas les critères établis. On est très déçu et c’est pourquoi on a voulu réagir rapidement avec une lettre ouverte qui démontre bien les incohérences de cette décision. »

Pour André Guy, les paramètres qui devaient guider cette décision n’ont tout simplement pas été respectés et c’est le milieu qui, une fois de plus, doit passer son tour.

« Notre territoire est celui qui reçoit le moins de compensations tenant lieu de taxes, nous avons un plus faible ratio d’emplois gouvernementaux que la moyenne québécoise et notre indice de dévitalisation est plus bas que celui d’Alma. On ne me fera pas croire que le gouvernement ignorait ces données. »

André Guy rappelle en outre qu’encore récemment, le milieu n’a pas été en mesure de bénéficier d’un projet de Maison des Aînés alors que Roberval et Alma auront la leur.

« Nous, on a la Maison du Bel Âge et on a toute la misère du monde à réussir à attacher un projet d’agrandissement. Ça fait des années que l’on travaille là-dessus. Vraiment, c’est très décevant. Il va falloir que le politique, au niveau provincial, se grouille un peu! »

Partager cet article