De nouveaux modèles d’aires protégées sont possibles croit Luc Simard

Photo de Serge Tremblay
Par Serge Tremblay
De nouveaux modèles d’aires protégées sont possibles croit Luc Simard
(Photo : Pixabay)

De retour d’Europe où il a pu voir d’autres façons de faire en matière d’aires protégées, le préfet Luc Simard souhaite ouvrir le débat sur cette question au Québec. Il estime qu’il y aurait place à plus de nuances dans la gestion de ce type de territoire.

« J’ai profité de l’occasion pour voir leur mode de gouvernance pour les territoires forestiers et les aires protégées. Entre autres, ils ont beaucoup plus d’outils que nous pour la gestion des aires protégées. Les aires protégées très limitatrices, c’est une infime partie des superficies protégées là-bas », souligne le préfet de la MRC de Maria-Chapdelaine.

Alors que s’amorcent les discussions et les travaux en lien avec la protection du territoire de la rivière Péribonka, le moment est tout indiqué afin d’ouvrir le débat, estime Luc Simard.

« Moi, je veux qu’on en parle. Les communautés locales souhaitent être impliquées dans la gestion du territoire. En Europe, ils ont différents types d’aires protégées qui permettent certaines activités humaines. Au Québec, on est plus dans le tout ou rien, il faut qu’on entame des discussions là-dessus. »

Le préfet croit qu’il n’y a pas de raisons pour lesquelles on ne pourrait pas en faire autant au Québec en développant de nouveaux modèles pour la protection du territoire.

« Et sur le plan local, la forêt demeure un enjeu majeur chez nous. La MRC a aussi un projet de forêt habitée, alors on a une opportunité de faire quelque chose. »

Forêt pédagogique

Outre son intérêt pour les modalités entourant les aires protégées européennes, Luc Simard était notamment de passage dans la commune de Layrac, où une école est partenaire avec celle de Girardville dans un projet de forêt pédagogique.

Il a également participé à un kiosque de la Fédération nationale des communes françaises, où il a pu échanger quant à la réalité forestière d’ici.

Partager cet article