David Duchesne souhaite importer le savoir-faire agricole australien

David Duchesne souhaite importer le savoir-faire agricole australien
David Duchesne.

AGRICULTURE. David Duchesne, de Dolbeau-Mistassini, sera bientôt de retour d’une escapade de près de six mois en Australie, où il est allé apprendre les rudiments du métier de fermier. Il entend rapporter ce savoir-faire à Dolbeau-Mistassini, pour donner naissance à la première ferme de légumes bio de la ville.

Biologiste de formation, David Duchesne caressait le projet de revenir s’installer dans la région qui l’a vu grandir. Avec peu de débouchés professionnels en vue, il s’est laissé tenter par l’idée d’acquérir un lopin de terre et de le cultiver, un projet jalonné de nombreux obstacles et difficile à concrétiser.

« Pour acquérir l’expérience nécessaire au démarrage, la relève doit travailler sur des fermes, et ce, à des salaires généralement maigres. En même temps, l’accès aux capitaux est une barrière difficile à franchir. Le savoir-faire et les fonds requis pour l’achat d’une terre sont difficilement conciliables », fait valoir David Duchesne.

Malgré tout, il va de l’avant et complète l’acquisition d’une terre en cours d’année 2014, et ce, en dépit du fait que les principales institutions de soutien à la relève agricole rechignent à l’appuyer. « Souvent, on se contente de parler pour améliorer les choses, mais il vient parfois le moment où il faut sortir de sa zone de confort, faire le saut et se salir les mains », laisse tomber le jeune entrepreneur.

Posséder une terre ne suffit toutefois pas, encore faut-il savoir la cultiver adéquatement. Contraint par divers délais, David Duchesne a décidé de profiter de la saison froide afin d’aller se former lui-même à l’étranger. Il choisit alors de partir pour l’Australie en novembre 2014.

« J’ai travaillé sur une douzaine de fermes et j’ai rencontré des fermiers disposant de parcours tous aussi enrichissants les uns que les autres. Le fermier John Lee, entre autres, fut un pionnier de l’agriculture bio en 1970 quand sa famille a connu des problèmes de santé liés aux intrants chimiques », explique David Duchesne.

Celui-ci aura passé une bonne partie de son séjour en Tasmanie, où le climat s’apparente à celui du Québec. « Apprendre des manières de faire dans différents contextes implique de comprendre les principes de base. C’est un peu comme enseigner, on apprend une première fois, puis une seconde fois afin de transmettre ou d’importer une idée », précise-t-il, ajoutant du même souffle qu’il entend s’inspirer de plusieurs idées vues là-bas.

En principe, David Duchesne sera de retour chez lui le 23 avril. L’année 2015 lui permettra de préparer sa terre et d’effectuer quelques essais dans le but d’être fin prêt pour 2016. Si tout va comme il le souhaite, il devrait alors être en mesure d’approvisionner une cinquantaine de familles du milieu avec des légumes frais cultivés localement et de façon biologique.

« L’agriculture biologique de proximité s’inscrit dans une perspective de développement durable pour l’économie et pour la santé des gens en région », de conclure David Duchesne.

David Duchesne est disponible pour toute question quant à son périple et son projet de ferme de légumes biologiques. Il est possible de le rejoindre au david.duchesne10@gmail.com ou encore, suivant son retour, au 418-637-8258.

À lire également à ce sujet :

Une virée agricole inspirante en Australie

Partager cet article