Crimes en forêt : La chasse, période faste pour les voleurs

Crimes en forêt : La chasse, période faste pour les voleurs
Vol

VILLÉGIATURE. Année tranquille jusqu’à maintenant au niveau des crimes dans les chalets et camps de chasse situés en territoires non organisés (TNO). Seulement 19 dossiers ont été ouverts par la Sûreté du Québec en date du 3 septembre dans la MRC de Maria-Chapdelain. C’est toutefois sans compter avec la période de la chasse.

Ces 19 dossiers regroupent tant les vols, les méfaits, les introductions par effraction que les incendies de chalet et de véhicule. « On se croise les doigts pour que ça dure, commente d’entrée de jeu Stéphane Belley, adjoint aux enquêtes au poste de Maria-Chapdelaine. Jusqu’à maintenant on a des cas isolés éparpillés sur le territoire, mais rien de récurrent. »

Au cours de 2013, pas moins de 65 dossiers avaient été ouverts par les policiers de la Sûreté du Québec dans la MRC de Maria-Chapdelaine. Les présentes données laissent ainsi entrevoir que 2014 pourrait être une bien meilleure année au chapitre des crimes en forêt. Il faudra toutefois passer à travers la période de la chasse d’abord.

« Pendant la chasse en tant que telle, c’est assez tranquille. Après la période de la chasse, les gens vont quitter progressivement la forêt et ne reviendront pas au chalet pendant un certain temps. C’est à ce moment-là que les risques sont plus élevés », précise Stéphane Belley.

Ce moment de fort achalandage en forêt sera donc déterminant quant au nombre de dossiers totaux de crimes en forêt pour l’année 2014. Comme toujours, les précautions élémentaires s’appliquent. Les villégiateurs sont invités à ne pas laisser d’équipements sur place qui pourraient être tentants pour des malfaiteurs. Outils, génératrice, essence et articles de chasses et de pêche sont autant d’objets qui attisent la convoitise des voleurs.

La Sûreté du Québec rappelle en outre que le fait de buriner son matériel, c’est-à-dire de graver son nom et numéro de permis de conduire sur ses objets de valeur, représente une façon efficace de dissuader des criminels. Il est plus difficile de revendre des objets burinés et les policiers peuvent plus facilement retracer les propriétaires en cas de saisie de matériel volé. —S.T.

Partager cet article