Contrer les retards dans le développement

Photo de Serge Tremblay
Par Serge Tremblay
Contrer les retards dans le développement
Isabelle Lamontagne et Josianne Prescott, de l’organisme Parensemble, montrent ici des pastilles visant à favoriser le développement du langage des tout-petits. (Photo : Trium Médias - Serge Tremblay)

Un tout-petit sur quatre présente une vulnérabilité dans au moins un domaine de son développement dans la MRC de Maria-Chapdelaine. Une réalité qui étonne, mais à laquelle on s’attaque par différentes initiatives.

C’est donc le quart des 1 055 enfants de 0 à 4 ans qui voient leur plein potentiel être compromis de différentes façons. Lorsque l’on entre dans les milieux plus défavorisés de la MRC, cette proportion passe à un tout-petit sur trois.

« Ce n’est pas tout le monde qui nait égal. La vulnérabilité dans le développement, ce n’est pas seulement une affaire de familles qui n’ont pas de moyens. C’est plus prévalant en milieu défavorisé, mais ce n’est pas parce que tes parents ont de l’argent que tu as un développement optimal », explique Isabelle Lamontagne, directrice de l’organisme famille Parensemble.

Celle-ci souligne que plus que jamais aujourd’hui, la pression sociétale est extrêmement forte pour que les parents soient « parfaits ». Bien involontairement, des parents peuvent en venir à offrir un environnement qui compromet un aspect du développement de leur enfant.

« Il y a tellement d’information qui circule qu’à force de trop t’informer, tu en deviens désinformé. Tu ne sais plus t’y retrouver. Et les parents ne sont pas nécessairement équipés pour reconnaître un trouble du développement. Moi, c’est mon travail et j’ai étudié là-dedans, mais comment tu fais comme parent pour bien savoir où ton enfant devrait être rendu dans son développement? »

Pour offrir une réponse plus claire à cette question, la MRC de Maria-Chapdelaine fait l’objet d’un projet-pilote avec le programme Agir tôt. Dès les premiers vaccins, les parents seront invités à profiter de ce programme qui permettra de mieux les outiller pour suivre le développement de leurs enfants.

Localement, les différents partenaires du milieu communautaire entendent aussi être à l’affut afin de référer les parents de tout-petits vers ce projet-pilote.

Langage

L’un des principaux retards du développement que l’on constante dans la MRC de Maria-Chapdelaine se rapporte au langage.

« Nous, c’est un constat que l’on a fait sur le terrain. Avec la COVID, c’est pire. Ça prend des interactions pour développer le langage et les tout-petits ont perdu deux ans et ce n’est pas sans impact. »

Un comité réunissant différents partenaires du milieu a développé un jeu de pastille visant à favoriser la stimulation des habiletés du langage. Ces pastilles seront disposées à différents endroits susceptibles d’être fréquemment visités par des tout-petits et leurs parents.

« Les enfants veulent naturellement sauter sur les pastilles et ça donne une opportunité de travailler le langage. On souhaite en installer dans plusieurs endroits dans la MRC. »

Partager cet article