Charlie hebdo : des étudiants du Cégep de Saint-Félicien à Paris

Charlie hebdo : des étudiants du Cégep de Saint-Félicien à Paris

Un groupe d’étudiants et d’enseignants en Arts

DRAME. Un groupe d’étudiants en Arts, lettres et communication du Cégep de Saint-Félicien a pu voir de près les suites de l’attentat contre le journal Charlie Hebdo, survenu le 7 janvier dernier. Les étudiants ont en effet débarqué à Paris dès le lendemain des événements dans le cadre d’un voyage à caractère culturel.

C’est donc dans un environnement hautement sécurisé que le groupe est arrivé à Paris. Malgré ce contexte particulier, les étudiants et les enseignants qui les accompagnent ont tenu à profiter de leur voyage sans changer leur plan.

« À notre arrivée, on savait que l’on ne changerait rien, on savait que Paris serait plus sécurisé. Nos consignes sont restées les mêmes. On fait appel à la responsabilité de tout le monde, et on sait où tout le monde se trouve. Changer l’esprit de notre voyage, ce serait concéder la victoire aux djihadistes », a en effet indiqué l’enseignant en théâtre et en littérature Claude Baillargeon, qui fait partie du voyage.

Un accueil chaleureux

Celui-ci souligne que malgré ces circonstances difficiles pour le peuple français, ils ont trouvé un accueil chaleureux à Paris. « Ils sont extrêmement déterminés, je les aime et ils nous le rendent bien. Chaque visite, chaque repas, nous sommes 17, et on nous accueille avec un sourire et toujours des bons mots. Je suis sûr qu’ils sont blessés, mais la vie et l’amour sont plus forts que la haine », mentionne-t-il.

Conscients qu’ils se trouvaient à Paris dans un moment historique, étudiants et enseignants se sont inévitablement sentis interpellés par la situation. Claude Baillargeon précise que le groupe a eu des échanges stimulants autour de cette question, notamment sur les raisons qui font qu’on en soit arrivé à un tel drame.

Quoi qu’il en soit, le groupe profite de son voyage et entend continuer à le faire. « On est à Paris, on visite les musées, on est pris dans la tourmente. Pourtant, tout se passe à merveille. Vous savez pourquoi ? Parce qu’on est tous CHARLIE », de conclure Claude Baillargeon.

Partager cet article