Cégeps : les coupures n'affecteront pas le recrutement international

Cégeps : les coupures  n'affecteront pas le recrutement international
France Voisine

FINANCEMENT. Le contexte de coupures budgétaires dans l’ensemble des missions de l’État, dont à l’éducation, ne devrait pas avoir d’impacts majeurs sur la capacité des cégeps de recruter à l’étranger.

La principale source d’étudiants étrangers au Cégep de Saint-Félicien, soit ceux et celles qui possèdent le passeport français, a l’avantage de pouvoir se prévaloir de la gratuité scolaire en raison d’une entente France-Québec. « Dans le contexte actuel, ça pourrait être revu, mais le signal du ministère de l’Enseignement supérieur est que ce ne sera pas le cas. Le ministère a été très clair qu’en ce qui regarde les cégeps, la situation ne changerait pas », affirme France Voisine, directeur adjoint des études au Cégep de Saint-Félicien.

Quand on sait que le coût d’une année scolaire pour un étudiant au Cégep est en moyenne autour de 10 000 à 15 000 $, la possibilité pour les étudiants français de payer les mêmes frais que les étudiants québécois est un incitatif majeur.

Le Cégep compte également sur deux autres leviers pour attirer des étudiants, soit un programme d’exemption des droits de scolarité et un programme de bourse d’excellence. « Chaque année, le ministère nous donne droit à 1 ou 2 exemptions et le programme de bourse d’excellence nous permet, bon an mal an, d’attirer 1 ou 2 candidats. Ces programmes seront surement remis en question, je pense qu’il faut s’y attendre », de préciser France Voisine.

Si ces deux programmes devaient passer au couperet, le Cégep de Saint-Félicien perdrait donc 2 à 4 étudiants par année, sur une clientèle étrangère totale de 102 étudiants pour la présente année.

Partager cet article