CAFN:Plus de 6,6 M$ investis depuis 20 ans

CAFN:Plus de 6,6 M$ investis depuis 20 ans
Mis en application au tournant de l’an 2000

BLEUETS. Véritable laboratoire naturel voué à l’aménagement d’une forêt intramunicipale, la Corporation d’Aménagement Forêt de Normandin (CAFN) fête cette année son 20e anniversaire, en dressant un bilan positif tant au niveau de ses activités d’aménagement de la forêt qu’au niveau de la recherche entourant le concept forêt-bleuet.

L’un des initiateurs de la CAFN et toujours dirigeant de l’organisme, M. Christian Bélanger, rappelle qu’au cours de 20 premières années, plus de 6 600 000 $ ont été investis en salaires et dépenses locales pour la réalisation des projets menés par l’organisme sans buts lucratifs.

Au tournant de l’an 2000, la CAFN a entrepris de développer un concept de production de bleuet et d’aménagement de la forêt, appelé forêt-bleuet. Pour ses dirigeants, il s’agissait de conserver des bandes de forêts avec une sylviculture intensive entre des espaces consacrées à la production de bleuet. Ainsi, sur un territoire déterminé, on peut conserver le potentiel forestier du territoire tout en aménageant des bleuetières sur 60 % du territoire d’origine.

Résultats

En 2015, la CAFN a aménagé 175 hectares de bandes bleuets et les résultats indiquent que la production est similaire à ce que l’on retrouve dans les bleuetières conventionnelles. Les recherches entourant le concept ont aussi permis d’établir que les bandes bleuets bénéficient d’un couvert de neige plus stable en hiver, ce qui est favorable à sauvegarder les plants.

De plus, en conservant des bandes de forêts intensives, les recherches indiquent que le couvert de neige fait en sorte que la période floraison est retardée de 8 à 10 jours, ce qui est favorable pour contrer les effets du gel tardif qui survient au cours du mois de mai.

Des tests réalisés cet hiver alors que l’on a observé des précipitations de neiges moins abondantes révèlent que 100 % des tiges en forêt-bleuet ont évité le gel hivernal. Si le gel tardif ne vient pas toucher le territoire, on estime que la production de cette année sera très bonne ce qui permettra à une vingtaine de cueilleurs de s’assurer d’un revenu d’appoint intéressant.

Christian Bélanger souligne par ailleurs que les travaux de recherches sur l’application du concept forêt Bleuet se poursuivent toujours. « Nous sommes déterminés à démontrer la viabilité, l’acceptabilité sociale et les avantages du concept forêt-bleuet », a déclaré Christian Bélanger.

Partager cet article