Bleuets sauvages: une saison dans la moyenne

Bleuets sauvages: une saison dans la moyenne
Bleuets.

ÉCONOMIE.L’année record qu’a connu la production de bleuets au Saguenay-Lac-Saint-Jean en 2016 ne risque pas de se reproduire cette année dû au printemps tardif et au froid du début de l’été.

Il fallait s’y attendre, la région ne produira pas plus de 100 millions de livres de bleuets comme l’année dernière.

«On va avoir de 30 à 50% moins de bleuets que l’an passé. On va revenir à la moyenne des autres années, c’est-à-dire entre 60 et 70 millions de livres», croit le président du Syndicat des producteurs de bleuets et propriétaire d’une bleuetière, Ghislain St-Pierre.

Pour le moment, le bleuet de 2017 est à un stade de croissance ressemblant à celui de l’an dernier, sauf qu’en plus petite quantité.

«L’année dernière c’était du jamais vu. On paniquait tellement il y en avait. Maintenant, on revient vers la normal», mentionne-il.

Bien évidemment, l’énorme bordée de neige qui a tardé à se retirer au printemps et le temps froid du début de l’été ont limité la croissance de nombreux bleuets. Toutefois, la température actuelle est idéale selon M. St-Pierre, et les bleuets seront prêts à la récolte dans environ un mois.

Et le prix lui ?

Comme chaque année, les producteurs de bleuets s’inquiètent du prix qu’ils recevront lors de la vente de leurs petits fruits. Selon Ghislain St-Pierre, les surplus de l’an dernier pourraient bien jouer en leur défaveur.

«Les congélateurs des transformateurs sont encore pleins de bleuets de l’an dernier. Il se peut que les prix descendent, puisqu’ils ont moins besoin de notre produit», estime le président du syndicat.

Malgré tout, il reste quand même positif puisque les négociations avec les acheteurs se feront dans les prochaines semaines.

«Ce n’est pas une question de quantité de bleuets, mais plutôt une question de prix», de conclure M. St-Pierre.

Partager cet article