Aventure Lac-Saint-Jean mise sur le tourisme intra-Québec

Denis Hudon
Aventure Lac-Saint-Jean mise sur le tourisme intra-Québec
Propriétaire-guide d’Aventure Lac-Saint-Jean, Charles Dufour mise sur le tourisme intra-Québec dans le contexte de la pandémie pour connaître une bonne saison avec ses excursions de pêche. (Photo : courtoisie)

Avec la pandémie de la COVID-19, Aventure Lac-Saint-Jean mise cet été sur le tourisme québécois et particulièrement pour les excursions de pêche et les croisières découvertes sur le lac Saint-Jean.

Charles Dufour est le propriétaire et guide de pêche d’Aventure Lac-Saint-Jean située à Roberval, mais couvrant l’ensemble du Lac-Saint-Jean. L’entreprise qui opérait encore l’an dernier sous le nom de Pêche Blanche Lac-Saint-Jean a procédé à ce changement qui reflète davantage sa gamme d’activités touristiques quatre saisons, maintenant offerte.

« Le coronavirus est venu mélanger les cartes. Pour mon entreprise, c’est un peu le néant présentement. Juin, juillet et août sont des mois très forts pour la pêche. Cette année, comment vont réagir les touristes, je l’ignore », dit Charles Dufour.

À quoi s’attendre

Toutefois, il préfère rester positif. Il attend les recommandations de la Direction de la santé publique pour y voir un peu plus clair. Son entreprise a déjà procédé à l’achat de masques de protection avec ses logos.

« Nous sommes très confiants d’un potentiel tourisme intra-Québec plus élevé cet été dans le contexte actuel. Il y a aussi tout le secteur de l’hébergement et de la restauration à considérer ». La prise de conscience collective vis-à-vis l’achat local devrait, selon lui, aider aussi.

« On le voit avec la COVID-19, les gens sont plus solidaires que jamais et c’est comme ça à la grandeur de la province. On pense que les gens de la région vont profiter davantage d’activités plus près de chez eux et que les touristes québécois seront plus nombreux à visiter la Belle Province ».

La pêche comme bouée de sauvetage

Charles Dufour doit cependant oublier la clientèle internationale, particulièrement de l’Europe, qui représentait jusqu’à 95 % des touristes pour le volet d’observation des ours en milieu sauvage, avec 630 participants l’an dernier.

C’est complètement l’inverse pour la pêche sur le lac Saint-Jean alors que la clientèle d’Aventure Lac-Saint-Jean provient à près de 90 % des quatre coins du Québec.

L’an dernier, pour la période estivale 2019, Aventure Lac-Saint-Jean a reçu 151 clients pour la pêche en bateau, soit 85 % de Québécois et 15 % d’Européens. Pour les croisières découvertes sur le lac St-Jean, l’entreprise touristique a accueilli 95 personnes dont 75% provenaient du Québec et 25 % de l’Europe.

S’il se fie à l’an dernier, c’est à partir de juin qu’il pourra se faire une meilleure idée de la saison qui l’attend. Les trois premières semaines de mai avaient été en dents de scie et les premières réservations sont apparues à partir du début de juin.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des