Augmentation du prix du café : Une situation inquiétante selon les distributeurs

Yohann Harvey Simard
Augmentation du prix du café : Une situation inquiétante selon les distributeurs

En raison de conjonctures défavorables, le prix du café connaît une hausse soutenue depuis près d’un mois. Une situation qui inquiète les distributeurs de la région, et dont les consommateurs devront aussi faire les frais.

En effet, ceux qui ne peuvent pas de débuter leur journée sans un bon café devront s’attendre à défrayer davantage pour leur précieux nectar, du moins pour un certain temps.

« C’est vraiment une flambée des prix. La semaine dernière, en deux jours et pour le même café, on a vu une augmentation de douze cennes la livre », soutient Steve Hudon, copropriétaire de Café Chaga Boréal à Alma.

De son côté, Dominic St-Pierre, propriétaire de Cafés Dominic St-Pierre à Dolbeau-Mistassini, estime que la hausse de prix oscillera entre 0,80$ et 1,20$ la livre au cours des prochains mois pour les consommateurs.

« On en a au moins pour six à neuf mois avant qu’il y des changements majeurs. En tous cas, pas avant les prochaines récoltes, ça c’est sûr », précise-t-il.

Prévoyant que la situation pourrait même empirer, Steve Hudon a quant à lui décidé de refaire ses stocks, pour lesquels il a dû payer 18 à 20% plus cher qu’il y a quatre mois.

De la neige au Brésil

Cette tendance haussière s’explique d’abord par les conditions météorologiques défavorables qu’a récemment connues le Brésil, le plus gros producteur de café au monde.

« Les marchés ont surtout commencé à s’affoler quand il y a eu de la neige et du verglas au Brésil il y a trois ou quatre semaines », indique Dominic St-Pierre.

Rappelons aussi qu’avant cet épisode de gel, le Brésil a traversé une période de sécheresse aigüe en juin, ce à quoi les caféiers sont aussi très sensibles.

En plus d’avoir compromis environ 25% des dernières récoltes, on craint que ces perturbations climatiques nuisent également aux prochaines.

À la merci des transporteurs

L’importante hausse des prix du transport,  qui est cette fois un contrecoup de la pandémie, a également fait pencher la balance.

« L’année passée, avec tous les ralentissements parce que tout était fermé, le prix des conteneurs s’est mis à grimper. Pour le même conteneurs, l’année passée c’était 3 800$, et cette année, ça peut aller jusqu’à 17 000$ », explique Dominic St-Pierre.

Selon lui, c’est en quelque sorte la loi du plus offrant qui s’est installée depuis.

Partager cet article